Revue de Presse #57

Quoi de neuf dans l’actu cette semaine ?

GO pour notre 57 ème Revue de Presse !

Actu 1 > Baromètre e-réservation : le Web-to-Store répond à un besoin complémentaire, Fashionmag.com.

00b9

KIABI pratique le click & collect !

Réserver un produit en ligne et aller le chercher en magasin, c’est ce qu’on appelle le click & collect : une pratique qui se démocratise et qui est en pleine croissance. 2,57% des visiteurs de sites e-commerce utilisent déjà le service tous les mois. Un taux important qui talonne déjà le taux de clic d’ajout au panier e-commerce. Il semblerait d’ailleurs que les utilisateurs de l’e-réservation tiennent leur engagement. Un bon point pour les marques ! L’e-réservation génère aussi un nouveau trafic en magasin. 33% des utilisateurs ont ainsi affirmé n’être jamais entrés dans le magasin avant d’y venir pour y retirer leur e-réservation. Enfin, elle permet également aux commerçants et aux enseignes de générer des ventes additionnelles puisque 34% des personnes indiquent avoir acheté un ou plusieurs articles supplémentaires lors de leur visite en point de vente !

> Une révolution dans le e-commerce. Le click & collect semble être devenu une pratique courante pour un grand nombre de consommateur. Une solution shopping pratique et efficace qui permet de nombreux avantages autant pour les consommateurs que pour les marques. Bref, une solution que toutes les marques de mode devraient adopter !

Actu 2 > Ifop lance son blog sur l’actualité du marché chinois, E-marketing.fr.

Capture d’écran 2015-05-11 à 14.44.49

« China Inside » est une percée au coeur du marché chinois, à l’initiative de l’Ifop, premier institut de sondages d’opinion et d’études marketing de France. Le nouveau blog dédié à la Chine décrypte le comportement des consommateurs asiatiques et les évolutions de la société. Une mine d’informations pour les marques. Les articles, en anglais, sont rédigés par les experts de la branche Asia (Shanghai) d’Ifop, à partir d’études menées par l’Institut sur cette zone géographique et sur ses expertises clés, tant digitales que marketing. Des posts sur les actualités marketing locales et une newsletter bimensuelle sont également diffusés. Le blog promet de décrypter un marché hautement stratégique pour les marques internationales. Logique quand on sait qu’Ifop Asia accompagne depuis de nombreuses années les annonceurs internationaux dans le développement de leurs stratégies en les connectant aux consommateurs asiatiques et chinois, dans les secteurs du luxe, de la beauté, de l’alimentaire, de la santé, des médias et des technologies.

> Un blog intéressant pour toutes les entreprises qui, comme nous, souhaitent conquérir le marché chinois. Les chinois étant des consommateurs particuliers et exigeants, il est important de comprendre leurs caractéristiques, leurs habitudes et leurs comportements d’achat.

Actu 3 > Expérience shopping : les nouvelles cabines d’essayage, Commerce.life.

borne-interactive-virtuelle-john-lewis

La possibilité de toucher et d’essayer un article est l’un des atouts majeurs du commerce traditionnel. Mais encore faut-il que toutes les conditions soient réunies pour optimiser l’expérience shopping des clients lors des séances d’essayée. Heureusement, les nouvelles technologies offrent des moyens intéressants pour palier aux problèmes des cabines : files d’attente interminables, cabines exigües, spartiates ou sales, nombre d’articles restreint (…). Pour faire vivre une expérience shopping unique et ludique aussi bien à la personne qui essaye, qu’à la personne qui accompagne, des startups ont mis au point la cabine d’essayage virtuelle. Basée sur le concept de la réalité augmentée et dotée d’un scanner corporel 3D, elle permet d’essayer virtuellement une multitude de tenues et d’accessoires en un temps record puisqu’il n’y a pas besoin de les enfiler. Il faut encore les perfectionner, mais ces cabines semblent être la révolution de demain. Dotées d’un écran digital, les cabines d’essayage connectées, permettent, aux vendeurs de rester connectés à leurs clients tout au long de l’essayage. Les vêtements sont reconnus dans la cabine grâce à une étiquette RFID et s’affichent sur l’écran. Les infos sont transmises aux vendeurs qui les reçoivent sur un terminal mobile et apportent les articles souhaités en cabine.

> Une chose est sûre, le commerce de demain sera connecté. La digitalisation des espaces de vente, représente des investissements, certes importants, mais nécessaires. Ils doivent, à terme, assurer la pérennité des points de vente et en améliorer les performances. Évidemment, en parallèle de ces cabines virtuelles connectées, il y a aussi Fitizzy, le solution pratique et efficace qui vous permet de commander vos vêtements en ligne, à la bonne taille, grâce à un passeport morphologique !

Actu 4 > La première édition de la Silicon Valley Fashion Week ? Lancée à SF, Fashionmag.com.

4127

La Silicon Valley Fashion Week ? (SVFW), organisée par Betabrand, démarre demain à The Chapel, à San Francisco. L’événement, qui se déroulera sur 3 soirées, jusqu’au 14 mai, propose des défilés et des présentations célébrant l’alliance entre mode et technologie. Au programme de ces 3 soirées, 3 thèmes : Electric Motion (les tenues connectées, la technologie, les applications, les véhicules électriques et l’éclairage) , Tech Wearables (l’impression 3D, le style connecté) et Funded Fashion (crowdsourcing pour le design, crowdfunding et financement participatif lié au secteur du divertissement). En juin, le FashionWareShow, présentera, lui, des technologies portables sur et en dehors des podiums. Les créateurs Iris van Herpen et Casely-Hayford par exemple ont inclus de la technologie portable dans leurs défilés à travers la ceinture-chargeur de téléphone XOO Belt ou encore les robes fabriquées à l’aide d’une imprimante 3D.

IrisVanHepren_2

L’une des robes 3D d’Iris Van Herpen

> Un événement majeur pour le secteur de la Mode. Entre Mode et Technologie, cet événement a pour but de présenter l’ensemble des innovations et la Mode du futur. Une véritable remise en question de la création en somme. On restera informés de ce qui se passera pendant ces 3 soirées, on vous dira 😉

À lundi prochain ! Bonne semaine …

Revue de Presse #56

Chaque jour, nous scrutons l’actualité pour aller à la recherche des infos du secteur de la mode et de l’e-commerce qui seront susceptibles de vous plaire …

Pour notre 56 ème Revue de Presse, voici notre sélection :

Actu 1 > Les écrans en magasin, une tendance forte mais pourquoi faire ?Ac-franchise.com.

2018463802

À Londres et dans les grandes capitales internationales, les enseignes de Mode embellissent les vitrines et l’intérieur de leurs magasins avec des écrans géants à LED. Claude Nahon, président de Mood International, acteur de l’expérience client en point de vente explique qu’ils servent à théâtraliser la boutique, à inciter les clients à monter aux étages en prenant ascenseurs et escalators, à distraire dans la queue, à donner info et contenus. Bref, des possibilités infinies. (Dans Les Échos). C’est un fait, la digitalisation des magasins est LA grande tendance du moment. L’article évoque l’exemple de Shazam In Store qui a recours aux playlists, au marketing olfactif et à la géolocalisation musicale pour proposer des offres et des réductions via les smartphones. Il semblerait que les clients n’utilisent les outils digitaux qu’au contact des vendeurs, pour échanger et s’en servir avec eux. De toute évidence, les écrans en magasins permettent d’immerger le client dans l’univers de la marque pour lui donner envie de consommer. L’article cite alors l’exemple de la marque Hollister avec ses images de surf à Huntington Beach, en Californie pour inciter à acheter des maillots de bain. Chez Nike, les écrans ont un intérêt différent, ils permettent de conseiller les clients pour améliorer leur style. L’écran prend ici le rôle de personal shopper, il encourage la pratique du sport et par conséquent l’achat de produits Nike. Chez Nespresso, les écrans tactiles permettent de se familiariser avec le site web pour commander directement en magasin. Chez d’autres enseignes, les dispositifs digitaux permettent de faciliter le partage sur les réseaux sociaux ou de personnaliser ce que les clients souhaitent acquérir. Le sur mesure, une autre bonne pratique pour vendre !

> Inutile de dire que la digitalisation des points de vente devient essentielle à l’heure actuelle. Elle contribue fortement à la force de vente ainsi qu’a l’expérience client qui doit devenir de plus en plus unique et mémorable. Au delà de ça, la digitalisation et les écrans en l’occurrence, permettent la récupération de data et constituent un outil résolument pratique pour les clients.

Actu 2 > Google se met à analyser les tendances modeLSA Conso.

jupe-en-tulle-comment-porter-le-tutu

Les données collectives via les recherches des internautes sont toujours sources d’enseignements. Les jupes en tulle et les pantalons de jogging ont la cote, d’après le tout premier rapport sur les tendances dans la mode publié par Google. En effet, le géant de l’Internet Google a compilé et recoupé les données de son moteur de recherche depuis 2009 pour dégager les principales tendances de la mode. Par exemple, les recherches sur les jupes en tulle ont ainsi bondi de 34% entre janvier 2014 et 2015. Le pantalon de jogging, quant à lui, a enregistré une augmentation de 165% de requêtes sur un an en 2014. On constate un vrai intérêt de la part de toute la famille pour cet article. Des données intéressantes qui pourraient révolutionner encore un peu plus l’e-commerce. Google travaille d’ailleurs avec certaines marques pour les aider à intégrer les données de recherche Google dans la planification de la mode et de prévision, en temps réel. À travers son rapport, Google réalise des observations liées à la géolocalisation. Il est, ainsi, en mesure de déterminer comment les tendances se déplacent. Et il est évidemment capable de donner des infos sur les flops. Des flops qui pourraient, à l’avenir, aider les marques et les magasins à gérer et à écouler leurs stocks de façon différente, ou à réajuster leurs collections à venir.

> Une révolution pour l’e-commerce et une corde de plus à l’arc du géant de l’Internet. Un outil statistiques résolument fiable, qui devrait aider de nombreuses marques de mode à élaborer leurs collections selon l’orientation des tendances. Un outil que l’on va surveiller de près chez Fitizzy !

Actu 3 > Les applis mobiles déterminantes pour séduire la génération Y, Fashionmag.com.

a2f9

L’appli mobile des Galeries Lafayette

Alors que la génération Z s’impose de plus en plus comme LA génération du World, Wide, Web, la version Y peut sembler aux yeux des marques et enseignes moins connectée et donc moins en demande d’outils digitaux performants. Et bien ces derniers sont aussi exigeants que la nouvelle génération, notamment quand il s’agit d’applis mobiles. Selon Suhas Uliyar (vice-président stratégie mobile et management produit chez Oracle) « L’expérience utilisateur engageante et personnalisée est devenue la nouvelle arme dans la bataille que se livrent les entreprises pour séduire et fidéliser les clients de la génération Y. Les entreprises qui ne savent pas offrir une réelle valeur ajoutée à leurs clients à travers une expérience mobile plus pratique, plus fonctionnelle et plus pertinente ont peu de chance de remporter cette bataille ». 73% des français apprécient la possibilité d’acheter le produit d’une entreprise via une appli mobile. Pour se faire, une application doit être « utile et pratique, sans devenir trop intrusive ». L’appareil mobile reste l’appareil de prédilection (plus que la tablette) pour les jeunes qui souhaitent utiliser les applications. Et le mot de la fin par Mr Uliyar : « Les applis pour smartphones et tablettes ne doivent pas être développées de façon indépendante. Les jeunes de la génération Y possèdent souvent plusieurs appareils connectés et les entreprises doivent leur offrir une expérience applicative et cohérente de grande qualité sur tous ces appareils si elles  veulent apporter à leurs clients la valeur ajoutée qu’ils attendent ».

> Des informations importantes qui nous permettent d’orienter notre stratégie quand on est une entité comme Fitizzy, qui développe des solutions et applications innovantes. L’hyper connectivité étant au coeur des pratiques de la génération Y, il est donc important pour nous de développer des solutions mobiles adéquates à ses attentes. Ce sont bel et bien les générations Y et Z qui sont aux commandes et qui sont leaders de ces nouveaux modes de consommation.

Actu 4 > Operator veut combiner le meilleur du commerce en ligne et de la vente en magasin, Atelier.net.

atelier-operator

L’application Operator vise à apporter à l’e-commerce l’expertise conseil et la dimension sociale qui sont encore l’apanage de la vente en magasin. L’application offre une dimension humaine inhérente au shopping en boutique. Lancée par le cofondateur d’Uber, l’entreprise vient de faire l’objet d’une première communication publique. Operator est donc une application (gratuite) qui utilise un réseau de professionnels (les « opérateurs ») pour répondre aux demandes des internautes. L’objectif est non seulement d’apporter une dimension plus sociale, chaleureuse à l’e-commerce, mais aussi de guider le consommateur parmi la pléthore de chois disponibles sur l’Internet. Pour cela, il suffit d’adresser une requête par le biais de l’application et les possibilités sont infinies. La requête est alors transmise à un opérateur bénéficiant d’une expertise dans le domaine ciblé, qui contacte le client par SMS et lui présente des produits correspondant à ses critères. Si le client a un coup de coeur, il suffit juste d’une simple pression sur la touche « I’ll take it » et Operator se charge de la commande. Reçu et informations sur l’acheminement du colis sont ensuite transmis à l’usager sur son mobile. L’entrepreneur voit ainsi dans son projet un moyen d’allouer la force de vente de manière plus efficiente. Le commerce en ligne semble entrer dans une nouvelle phase et les expériences visant à le socialiser se multiplient. Avec Operator, il y a un apport des avantages de la vente en boutique sur la toile.

> Une découverte intéressante à tester ! Alors que les points de vente se digitalisent de plus en plus. Avec Operator, on assiste au phénomène inverse : les avantages des boutiques physiques sont exploitées en ligne.

L’article bonus qu’on a aimé > Réseaux Sociaux : Facebook, c’est TF1

À la semaine prochaine sur le Blog.

Revue de Presse #55

Quoi de neuf dans l’actu de ces derniers jours ? Voici notre sélection d’articles :

Actu 1 > Stratégies marketing : le point sur le multicanal, le cross canal et l’omnicanal, Markentive.

marketing-strategie-crosscanal-omnicanal-multicanal-770x496

À l’ère de la digitalisation, les innovations et outils mis en place, la communication et l’accès à l’information sont de plus en plus présents et performants. Les professionnels du marketing doivent adapter leur message, en permanence, pour s’adapter aux nouveaux comportements d’achat des consommateurs. Pour se faire, ils ont recours à 3 techniques marketing majeures : le multicanal, le cross canal et l’omnicanal.

  • Le multicanal : son enjeu ? Multiplier les points de contact de vente avec les clients. Ex : Les « pure players » peuvent diversifier leurs interfaces en vendant sur l’e-shop de prêt-à-porter multimarques Asos. Le multicanal apparaît comme les prémices d’une stratégie marketing digitale puisqu’il devient, aujourd’hui, inévitable de devoir ouvrir sa boutique en ligne.
  • Le cross canal : Il est en quelque sorte l’étape suivante. Cette stratégie là vise à intégrer les différents canaux dans le parcours du consommateur pour fluidifier au maximum l’expérience du consommateur. Ex : les nouvelles applications mode comme Selectionist, Wheretoget ou encore Zoomdle qui inventent le fashion-to-mobile. Elles répondent à un besoin d’exigence : « avoir ce que l’on veut quand on veut ». Avec cette stratégie, on passe du papier au m-commerce en un tour de main, pour fluidifier l’acte d’achat et augmenter les opportunités d’achat.
  • L’omnical : C’est un fait, les magasins physique sont au coeur de toutes les convoitises. Ils représentent toujours 90% des achats et transforment 20 fois plus que le commerce digital. Ces points de vente doivent cependant s’adapter aux besoins et aux attentes des consommateurs. L’omnicanal est une synergie entre les forces du digital et celles des points de vente physiques et donnent alors naissance à cette nouvelle grande tendance des magasins connectés. On peut aussi parler de « web-to-store » ou « store-to-web ». Un point d’honneur est mis sur l’expérience d’achat, qui doit être unique. Ex : le magasin Burberry à Londres, l’un des plus connectés du monde. Le QR code et le click-and-collect sont d’autres innovations très utilisées pour faciliter la vie des consommateurs.

À ce sujet, on vous conseille de lire l’article « Etes-vous prêts pour la révolution omnicanale imposée par le client ?« 

> Ces pratiques innovantes visent à mieux intégrer les nouveaux comportements des consommateurs dans leurs rapports avec les marques et surtout à proposer des contenus adaptés à leurs attentes. Le multicanal vise à multiplier les contacts de vente, là où le cross canal crée une complémentarité entre eux et l’omnicanal se concentre sur l’expérience vécue du consommateur. Cette transition digitale est, à l’heure actuelle, indispensable !

Actu 2 > Une nouvelle expérience shopping avec Pimkie et sa Fashion Factory, Paulette Magazine.

Pimkie Rivoli

Rendez-vous au 130 rue de Rivoli pour découvrir le nouveau concept Pimkie : La Fashion Factory. Plus qu’un point de vente c’est aussi un atelier de création, un showroom et un studio photos. L’enseigne se réinvente pour offrir à ses clientes une nouvelle expérience shopping. Tout a été pensé pour mettre en valeur les collections. À l’étage, le showroom et studio photo, accessibles sur invitation, marquent une véritable évolution par rapport à la composition classique d’une boutique.

> Une nouvelle étape et un nouveau souffle pour la marque, qui concrétise son évolution et sa modernisation par ce point de vente unique. Le but ? Faire vivre de nouvelles expériences shopping, marquer les esprits des clientes et créer un nouveau lien de proximité avec elles. Une chose est sûre : Pimkie a tout compris 🙂

Actu 2 > Jules : six boutiques éphémères sur les plages de France, Fashionmag.com.

45a1

L’enseigne masculine récidive son expérience « plage » et déploie depuis le 15 avril de nouveaux pop-up stores sur les plages de six stations balnéaires françaises : Cavalaire, Argelès, Le Cap d’Aude, Lacanau, Le Canet et Noirmoutier. Le concept Jules Plage intervient alors que l’enseigne visant les 25-30 ans vient d’annoncer le déploiement de son offre de réservation en ligne des produits disponibles en magasin. Selon l’enseigne : « L’idée de Jules Plage est de rencontrer ses clients sur leurs lieux de vie et d’en partager les meilleurs moments : les vacances ». Les pop-up stores proposent ainsi une large gamme de produits estivaux (shorts, bermudas, lunettes de soleil, espadrilles, …). L’enseigne Jules est aujourd’hui à la tête d’un réseau de quelques 400 points de vente, en France et à l’international. Jules fait partie du groupe nordiste Happychic, qui compte 670 magasins dans 14 pays et revendiquait en 2013 un CA de 662 millions d’euros.

> Une autre marque, qui, à l’instar de Pimkie, met un point d’honneur sur l’expérience client, intégrée à sa nouvelle stratégie marketing. Une annonce qui fait du bien et qui, pour une fois, concerne la gente masculine. Un public qu’il est important de captiver !

Actu 4 > Tape à l’oeil relooke ses magasins, Franchise Magazine.

Au tour de la franchise de prêt-à-porter pour enfant, Tape à l’Oeil, d’adopter une nouvelle identité visuelle. L’enseigne déploie, en effet, son nouveau concept de magasin connecté  « pour mieux se différencier de la concurrence internationale » et aussi et surtout pour optimiser l’expérience shopping de ses clients. Parmi les divers aménagements mis en place, on note : la création d’un shop-in-shop dédié au bébé, d’un trend corner proposant différents idées de looks pour les mamans et la présence d’un podium facilitant l’essayage en cabine. Le rafraîchissement du concept s’accompagne d’un nouveau logo et d’une nouvelle signature de marque : « Original Kidz ». L’enseigne, qui totalise à ce jour 330 magasins dans le monde dont 204 en France, a prévu de relooker son parc d’ici deux ans.

> L’un des leaders du prêt-à-porter pour enfant révolutionne, lui aussi, sa stratégie marketing. Plus que tout, l’expérience shopping connectée « ludique » est de mise dans ces magasins, à la fois pour les parents mais aussi et surtout pour les enfants, pour qui le shopping doit devenir un moment unique et agréable.

Bref, Expérience Shopping Connectée semblent être les maîtres-mots de cette Revue de presse #55 ! 🙂

Revue de Presse #54

Quoi de neuf dans l’actu de ces derniers jours ?

Actu 1 > Camaïeu : un nouveau concept à l’essai, Fashionmag.com.

1fea

 b8e7

L’enseigne nordiste d’habillement féminin a mis en place un nouveau concept de magasin qu’elle teste actuellement à Faches-Thumesnil, non loin de Lille et à Belle-Epine en région parisienne. Un concept « zéro » testé grandeur nature que l’enseigne se donne six mois pour perfectionner avant de faire évoluer son réseau à travers la France. Les mots du directeur France Sébastien Ruaud : « Le concept se devait de traduire le travail que nous menons sur les collections. C’est un concept plus ouvert sur l’extérieur, car nous avons pour l’instant beaucoup de vitrines boîtes. C’est aussi un magasin plus lumineux, avec un mobilier plus moderne, et beaucoup plus identitaire. On veut donner de l’aspérité à nos magasins, qui étaient peut-être un peu trop mécaniques. Nous nous donnons six mois pour faire des ajustements ». L’enseigne française, qui a récemment fêté ses 30 ans, regroupe 650 magasins français auxquels s’ajoutent 370 autres adresses réparties dans une vingtaine de pays. La marque a de fortes ambitions à l’international et poursuit son développement d’une offre e-commerce de manière offensive.

> Une étape importante pour l’enseigne, qui marque un vrai virage dans son évolution et de vrais changements stratégiques. Un concept à tester !

Actu 2 > 5 innovations mode incontournables, Influencia.

actu_5293_image2012rectangle_petite

La Mode est un secteur vaste et complexe où cohabitent tradition, artisanat et (de plus en plus) nouvelles technologies. Depuis quelques années, celles-ci ont fait le pari de la révolutionner. Personnalisation, textile intelligent, 3D … L’innovation au service de la mode semble répondre à tous les besoins et à tous les désirs de « modeuses » toujours plus exigeantes. Panorama de 5 innovations incontournables :

1) Le dressing intelligent : Clothe to me > Il s’agit d’une application « multi-tâches » qui permet de scanner son dressing et de créer des combinaisons de vêtements. Elle permet également de partager ses looks, de faire du shopping et même de revendre ses vêtements. D’après Valérie et Adeline, les créatrices du concept : « L’idée est vraiment née d’un réel besoin, il devenait vraiment nécessaire pour nous de pouvoir visionner nos vêtements sur notre téléphone et de pouvoir créer des tenues, les enregistrer pour plus tard, les modifier, etc., au final faire tout ce que nous faisions tous les matins ou tous les soirs, mais en arrêtant de retourner notre vrai dressing et notre cervelle

2) Le textile intelligent : Olympe Jaffré > La créatrice française a conçu une robe intelligente en 2011. Celle-ci possède un QR Code renvoyant à une oeuvre d’art multimédia. Ainsi, le vêtement devient média de diffusion et galerie itinérante. La créatrice invite différents artistes à « exposer » sur ses robes, inaugurant ainsi une nouvelle manière de concevoir les vêtements, via un « artisanat numérique ».

3) La personnalisation ultime : Shoes of Prey > Personnaliser ce que l’on porte : c’est l’idée générale que l’on retrouve au coeur de sa start-up. Le procédé est simple et ludique : grâce à un logiciel 3D on choisit le modèle, les matériaux et la hauteur du talon de ses chaussures. La start-up les fabrique selon les critères sélectionnés en quelques semaines et les envoie ensuite partout dans le monde.

4) Les vêtements en bois : Elisa Strozyk > Ses modèles sont conçus à partir d’une base de laine puis recouverte de bois souple, sur le principe de l’origami. Par ses créations, la designer explore de nouvelles techniques de conception et de fabrication et révolutionne l’utilisation des matériaux ou comment allier modernité et authenticité.

5) L’impression 3D : Chaemin Hong > Le principe ? créer des chaussures uniques dont les talons sont entièrement conçus grâce à l’impression 3D pour que chaque modèle soit unique.

> Des innovations toutes aussi diverses qu’intrigantes, qui ont pour but de faire évoluer le secteur et de trouver des nouvelles manières pour produire les vêtements (R&D) et faciliter la vie des gens qui les portent. Fitizzy est dans cette mouvance et s’inscrit, d’une certaine manière, dans les innovations mode.

Actu 3 > Comment créer une « connected » shopping experienceretailupdate.be.

Flat design vector illustration. E-commerce, shopping & delivery

À la fin de l’année dernière, PWC publiait le rapport « Connected and curated – Long live the store ». Il en ressort que 68% des consommateurs australiens utilisent encore le magasin physique comme première source dans le processus d’achat. De plus en plus de consommateurs semblent aussi tourner le dos aux achats en ligne pour vivre une véritable expérience connectée en magasin. L’innovation semble alors le nouveau maître mot. Voici les tendances et innovations qui permettent aux magasins physiques de combiner le meilleur des deux mondes.

La commande et paiement mobile en magasin > Chez Starbucks, on paye son café à l’avance et on va le chercher dans l’établissement de son choix. Une évolution qui mise sur la commodité, la rapidité et le service.

Les vitrines interactives > Le distributeur de vêtements United Arrow a créé une vitrine interactive « ManiquinetteBot » qui utilise la technologie Kinect de Microsoft pour imiter les mouvements des passants. Le retailer attire ainsi l’attention des consommateurs et espère les inciter à visiter le magasin.

marion

Les vitrines interactives by United Arrow

Les promotions mobiles ciblées > L’idée ? Entrer dans un magasin et recevoir immédiatement sur son smartphone un message sur des promotions spéciales de sa marque préférée. Le vendeur de cette marque a été informé de notre visite et se tient à notre entière disposition.

La video displays pour les produitsteamLabHanger est un nouveau système de magasin qui utilise des capteurs qui se trouvent dans les cintres sur lesquels sont suspendus les vêtements. Lorsqu’un client retire le cintre des rayons, des images et vidéos adaptées, avec plus d’infos sur le produit, sont instantanément affichées sur des écrans dans le magasin.

3rdbyvanquish3_R

Concept teamLabHanger

Les produits « mass customisable » > Les consommateurs d’aujourd’hui recherchent des produits uniques et customisés qui correspondent parfaitement à leurs attentes. Des technologies comme l’impression 3D (évoquée dans l’actu 2) rendent cela parfaitement possible et assureront certainement la poursuite de la croissance de ce marché.

La réalité virtuelle et augmentée > Les consommateurs qui désirent suivre les dernières tendances pourraient faire usage de la réalité virtuelle dans leur expérience shopping quotidienne. TopShop a déjà testé le concept et a combiné cette technologie avec des vidéos HD live en streaming, la photographie 360°, des tweets et des animations qui permettent aux consommateurs de faire l’expérience de ce qu’on ressent lorsqu’on est assis au premier rang d’un défilé de mode.

> Des innovations attractives qui repositionnent le magasin physique au centre de toutes les convoitises. On constate une réelle volonté, chez l’ensemble des consommateurs, de vivre une expérience shopping unique.

Actu 4 > Les femmes plus à la recherche de bons plans shopping que les hommes, Fashionmag.com.

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Les consommateurs avisés et traqueurs de bons plans sont à 75 % des femmes, estime une étude de Radins.com. Le site Radins.com a tenté d’établir le portrait type des membres de sa communauté. Les plus actives s’avèrent être les femmes de 35 ans qui travaillent. Vivant en couple, sans enfant, elles habitent une zone urbaine, principalement la région parisienne, et doivent jongler avec 1.200 à 2.300 euros de revenus par mois par foyer.

> Des données statistiques intéressantes qui permettent de comprendre à qui on s’adresse pour dresser une typologie de consommateurs. Ce type d’information est utile pour les marques qui souhaitent mettre en place des stratégies marketing ciblées.

Revue de Presse #52

Bonjour,

Voici notre sélection Presse de ces derniers jours :

Actu 1 > Zoomdle, Selectionnist, Wheretoget … Ces applis qui inventent le fashion-to-mobile, JDN.

tumblr_mozwxyao491sp9lq5o2_1280

De plus en plus d’acteurs digitaux jettent leur dévolu sur des services liés à la mode : flashes la photo d’un magazine, consulter la fiche du produit présenté et le commander … C’est un fait, les magazines savent susciter l’intérêt de leurs lecteurs pour les produits qu’ils présentent. Quand un célèbre magazine vente la dernière crème ou le dernier trench à la mode, il est impossible de laisser le lecteur sans davantage d’informations. De ce constat sont nées de nombreuses applications mobiles considérées comme les Shazam de la Mode. Parmi elles, Zoomdle, Selectionnist, Asap54, Smartsy, Wheretoget … Chacune son concept, chacune son modèle économique. Les résultats sont plutôt positifs puisque pour Zoomdle, voici le résultat : 1 flash toutes les 3 minutes sur l’ensemble des titres partenaires et un taux de transformation de 6 à 10%, bien supérieur à l’e-commerce classique. Toutes cherchent encore leur modèle économique idéal et toutes ont des objectifs bien précis à atteindre : l’amélioration de la technologie liée à la reconnaissance visuelle. Alors que certaines applications ont des objectifs liés à des taux de transformation, d’autres se situent plus dans le prolongement RP des marques comme Selectionnist. Le but ici ? « L’assurance d’avoir un référencement optimal et les bonnes informations produits sur Selectionnist, ainsi qu’une visibilité sur le versant inspirationnel. » D’autres applications comme Asap54 permettent de flasher des produits, non seulement sur magazine, mais aussi dans la rue et ont une dimension communautaire. Quant à Wheretoget, qui met aussi en avant l’aspect communautaire, fonctionne grâce au bon vouloir des utilisateurs. Ces start-ups spécialisées dans la reconnaissance d’articles de mode sont loin d’être les seules à vouloir se positionner puisque Shazam, lui même, n’a pas caché son intention de diversifier ses activités au-delà de la reconnaissance sonore. Certaines marques et distributeurs s’y sont également mis : Louis Vuitton, Mango, La Redoute, Célio ou encore Zalando. Quant aux éditeurs de presse, ils peaufinent eux aussi leurs applications, Vogue et Madame Figaro se seraient déjà lancés.

> Des innovations digitales mobile toujours plus poussées qui permettent ici de révolutionner nos expériences shopping. Quelle est celle qui percera ? En tous cas, on va tester 🙂

Actu 2 > Bonobo échange « like » contre promotions, Fashionmag.

346_BonoboBox

On constate chez les marques la multiplication générale des promotions. L’enseigne française Bonobo a décidé de fonctionner quelque peu différemment (et intelligemment ?) : elle fait profiter son réseau en échangeant des « like » de ses fans contre des remises. Cette opé appelée « Like the Look« propose aux fans Facebook de la marque d’afficher un pouce vers le haut sur les looks journaliers qu’ils apprécient. En échange de ces « pouces levés », ils auront droit à des promotions pouvant atteindre -30% sur une sélection d’articles. Mais surtout, plus les « like » seront nombreux, plus grande sera la remise.

unnamed

> Une stratégie originale qui gagne à être payante pour l’enseigne française. Une stratégie commerciale à envergure communautaire qui, non seulement incite les clients à l’achat, mais permet également le développement de la communauté et l’attachement des fans à la communauté Bonobo.

Actu 3 > Ciblage marketing : la femme aux multiples visages, E-marketing.

quelle-shoppeuse-etes-vous_16-8-555x276

C’est à une femme toujours plus prescriptrice que les marques s’adressent. Une femme multi-facette, en attente d’un discours pour chacune de ses envies, mais évitant les stéréotypes réducteurs.

  • Des femmes plus que jamais impliquées dans la décision d’achat

Il semblerait qu’elles influencent au moins 64% des achats sur une grande variété de secteurs d’activité. Les femmes sont devenues de véritables expertes, au delà de la mode et de la beauté, dans quasiment tous les secteurs, y compris dans les domaines qui jusque là étaient plutôt réservés aux hommes. Malgré tout, les produits qui comportent une innovation technologique restent une affaire masculine. Aussi, et ça ne nous étonne pas, les femmes entre 18 et 54 ans, notamment avec les enfants, se montrent plus engagées, plus solidaires et plus soucieuses d’une consommation éthique, biologique et respectueuse de l’environnement que les hommes. Bref, des différences qui s’estompent, des intérêts qui s’élargissent et des perspectives qui s’ouvrent à la gent féminine.

  • … mais au profil de plus en plus complexes.

La fameuse ménagère de 50 ans, issue de la période des 30 Glorieuses, n’est plus même si elle est toujours, on ne va pas se mentir, au coeur de la consommation. On fait aujourd’hui face à une femme multifacettes et avertie. Les marques ont compris que les femmes devenaient prescriptrices dans tous les domaines. Elles doivent envisager cette multiplicité et s’habituer à utiliser plusieurs discours pour leur parler; toutefois en évitant les discriminations habituelles. Les marques, ont cependant, beaucoup de difficultés à prendre en considération leurs attentes. Pour s’adresser à elles, il est important de valoriser les femmes et de ne pas véhiculer les stéréotypes en sexuant les produits par exemple. Il faut au contraire réussir à les doser. L’important est de trouver le discours le mieux adapté à sa cible : une banalité marketing qui reste toujours l’enjeu à ne pas rater.

  • La consommation : un moyen de construction identitaire ?

Isabelle Decoopman (professeur à Skema Business School) et Alexandra Madiot (responsable communication chez Fiat) nous explique à travers une interview comment la consommation est un excellent moyen pour construire une identité individuelle.

  • La prescription : une histoire de femmes ?

73% des femmes déclarent être « Hub décider woman » c’est à dire « centre de décision ». Le comportement de la gent féminine dans son rôle de prescriptrice est à prendre en considération. Même si elles ont parfois besoin de conseils humains, elles ont un rôle prépondérant dans la prise de décision. En matière de prescription, il est également important de suivre, de près, les réseaux sociaux.

> Une étude très enrichissante qui permet de reconsidérer la consommatrice prescriptrice et de la placer au coeur des stratégies commerciales. Des indices de comportements intéressants pour les marques, qui peuvent ainsi orienter leur communication et leur stratégie.

Actu 4 > Le marché de l’électronique prêt-à-porter va doubler en 2015, Fashionmag.

4652585_apple-watch-b4b2f181308-w400_545x460_autocrop

Plus de 45 millions d’accessoires vestimentaires électroniques, les « wearables », devraient être vendus cette année dans le monde, et leur nombre devrait presque tripler d’ici 2019, emmenés par les appareils portés au poignet. Beaucoup de fabricants ont misé sur les appareils portés au poignet, qui devraient représenter plus de 80% des ventes totales. Parmi eux, les appareils compatibles avec des applications conçues par des tiers devraient fortement aider à la croissance de ce nouveau marché. On attend, notamment, avec impatience, la montre connectée d’Apple. Après les montres connectées, il y a les appareils modulaires, les vêtements connectés (estimé comme le marché en plus forte croissance étant donné son potentiel), les lunettes qui devraient séduire avant tout les utilisateurs professionnels sur des marchés spécifiques. Il semblerait que le marché se concentre davantage sur des appareils plus chers mais qui offrent davantage de fonctionnalités.

> Des perspectives prometteuses malgré un marché complexe. La clé du succès sera de créer des usages convaincants pour les consommateurs. Car il s’agit là d’innovations technologies certaines qui comportent malgré tout quelques petites contraintes. We’ll see … 😉