Revue de Presse #33

Vous faites le pont du 11 novembre aujourd’hui ? C’est parfait, vous avez donc un peu de temps pour lire notre Revue de Presse du jour 😉

Actu 1 > Pub, internautes et réseaux sociaux : qui fait quoi ?, Influencia, le 4 novembre.

actu_4828_image2012rectangle_petite

Savoir qui poste et lit quoi sur chaque réseau social est une clef du marché gargantuesque de la pub online. Pour aider les professionnels, Business Insider Intelligence a compilé les données de douze études de 2013 et 2014 dont Influencia révèle certains chiffres. Première chose essentielle, le ciblage : pour mieux engager sur les réseaux sociaux, les marques doivent bien savoir quelle catégorie de population se cache derrière les utilisateurs. L’observation générale ? Les réseaux sociaux les plus anciens atteignent le stade de la maturité, les plus récents attirent les jeunes beaucoup plus rapidement. Selon l’étude, Influencia peut affirmer que :

Facebook reste en majorité une plate-forme féminine. Aux Etats-Unis en 2013, les femmes étaient 10% plus nombreuses que les hommes à utiliser le premier réseau social de la planète. L’attraction de Facebook chez la gent féminine est d’autant plus cruciale pour ses revenus publicitaires que ce sont d’abord les adolescentes qui en raffolent. Cibles ultra prisées des marques, elles ont passé pour presque la moitié d’entre-elles encore plus de temps sur le réseau social que l’année précédente. C’est bien simple, le géant possède plus d’utilisatrices ados au quotidien que n’importe quel autre réseau social.

On y apprend également qu’Instagram est plus prestigieux que Twitter. Racheté par Marc Zuckerberg pour 1 milliard de dollars en 2012, Instagram n’est pas un acteur majeur sur le marché de la pub online sur mobile. Du moins pas encore. La plate-forme de partage et d’édition de photos fourbit ses armes et peut déjà se targuer d’être perçue comme « plus importante » que Twitter et Facebook parmi les ados nord-américains. 30% des « teens » considèrent qu’Instagram représente le réseau le plus important. Après avoir détrôné Facebook en 2012, Twitter perd donc sa couronne.

Quant à Youtube, il fait mieux que les chaînes câblées. Twitter aurait été utilisé en janvier 2014 par 22% des hommes contre 15% des femmes. Twitter aurait d’ailleurs généré plus de 500 millions d’euros de ventes de voitures en 2013 aux Etats-Unis. Nous apprenons également que le leader mondial du réseau professionnel est plus populaire que Twitter chez les adultes nord-américains.  Youtube touche plus de 18-34 ans que n’importe quel réseau câblé télévisuel.  Enfin Snapchat, le dernier chouchou des ados est particulièrement prisé par les 18-24 ans. Par comparaison, Instagram rassemble 28% d’utilisateurs dans la même catégorie de population.

FLI_Infographic_Social-ads-cheat-sheet_v2.1

> Il est très important d’adopter une stratégie bien rodée sur les réseaux sociaux, qui sont devenus LES nouveaux vecteurs de communication. Il est également essentiel d’adopter son langage en fonction des personnes que l’on souhaite toucher et convaincre. Chaque réseau ayant une tendance de cible, il faut donc bien choisir son sujet et le ton à adopter pour le mettre en avant.

Actu 2 > Fraise et Jabot : une nouvelle marque de chemise pour femme glamour et modernes, Fashionmag.com, le 4 novembre.

Le Fashionmag.com consacre un article à l’un de nos récents partenaires. Sophie Jouenne, la créatrice de la marque, nous explique pourquoi elle a créée Fraise et Jabot. Elle a imaginé une collection répondant aux besoins des working girls, actives et citadines, qui, comme elle, ne parviennent pas à trouver leur bonheur dans l’offre de chemise traditionnelle. Pensées à Paris, fabriquées en Bulgarie avec un tissu italien et des boutons français, les chemises Fraise et Jabot se veulent haut de gamme tout en offrant un prix accessible de 69 € à 85 €. « A travers les huit premières pièces de cette collection, l’idée est de montrer aux consommatrices qu’elles peuvent dorénavant s’offrir un beau vêtement qui combine l’essentiel de leurs besoins et de leurs envies », explique Sophie Jouenne. Un facteur déterminant pour la jeune femme qui mise essentiellement sur la qualité de ses créations pour construire la notoriété de sa marque. Sophie Jouenne a opté pour une distribution exclusivement online via son e-shop. En parallèle, elle utilise les réseaux sociaux pour faire connaitre sa marque.

b77f

> Une marque féminine et contemporaine qui répond aux attentes de toutes les femmes. En tant que nouveau partenaire, on vous conseille forcément d’aller faire un petit tour sur le site de la marque.

Actu 3 > E-Commerce : Brandalley laisse ses clients fixer les prix, Fashionmag.com, le 4 novembre.

Petit rappel : Brandalley revendique une offre de 300 marques, ainsi que 11 millions de membres. Le portail attirerait chaque mois 4,5 millions de visiteurs uniques. Lancé sur un concept de vente événementielle, le site s’est par la suite ouvert aux collections actuelles. Le portail a été racheté en juin dernier par Private Outlet.

Du 13 au 16 novembre, le portail de vente d’habillement et de décoration proposera à ses clients de fixer eux-mêmes les prix de vente d’une sélection d’articles. Un argument de taille à l’approche des fêtes. En 2009, Brandalley avait mené une opération similaire sur une seule journée, rencontrant un « franc succès », indique le portail. Cette fois, durant quatre jours, les clients pourront faire tomber jusqu’à un euro symbolique le prix d’un article de leur choix. Évidemment, cette influence se limitera à une seule pièce par jour. Le trafic généré par cette proposition hors norme doit notamment permettre d’attirer l’attention des internautes sur l’ensemble des produits du portail.

4197

> Un pari original et plutôt audacieux pour la plateforme Brandalley. Une bonne manière de communiquer sur le concept et de créer du trafic sur le site web. Et pourquoi ne pas générer du ré-achat au-delà des prix fixés par les visiteurs ? C’est le but de Brandalley en tous cas : accroître sa renommée et fidéliser les clients en les incitant à choisir Brandalley pour faire leur shopping en ligne.

Actu 4 > Les startups à l’avant – garde du shopping social, Influencia, le 6 novembre.

Le commerce collaboratif redéfinit l’union entre les marques et le consommateur. Une certaine idée du commerce qui plait aux jeunes pousses hexagonales passées maîtres en la matière. INfluencia gratte sous la carapace en interrogeant les CEO de deux acteurs français majeurs d’un marché en plein essor. Suite à une anecdote relative à une expérience web, nous apprenons que généralement; en un courriel a priori anodin réside les fondements de l’avènement des plates-formes d’achats et d’échanges communautaires et sociales. Depuis deux ans INfluencia accorde à cette tendance la place et l’analyse qu’elle mérite. Du vide-grenier digital à la marketplace en passant par les plateformes de social shopping ou de mise en relation, le phénomène représente l’émanation pratique d’un changement théorique de comportement des consommateurs.

Selon une étude de 2013 du cabinet nord-américain McKinsey, les interactions digitales influencent plus de 45% des achats de produits de luxe. En économie de crise, les consommatrices cherchent des avis et des conseils communautaires avant d’acheter. Pour l’agence de Vries 23% des achats étaient influencés par un blog en 2012 aux Etats-Unis, contre 7% pour la presse féminine.

L’article nous présente différentes startups et différents projets. Deux, en particulier, nous ont plu :

La première : Where to get it

Where-To-Get-It

Il s’agit d’une véritable tendance qui se démocratise : le Do It Yourself . Where to get it est une application qui a construit son modèle sur l’attraction des consommateurs nord-américains pour ce nouveau shopping digital. Le web permet la mise en relation instantanée de millions de consommateurs qui désormais, échangent avant d’acheter, créant une discussion d’égal à égal avec des marques obligées de se réinventer. Outre-Atlantique, ce concept de commerce communautaire et social connaît un réel engouement et oblige les mastodontes de l’e-commerce à ajuster leurs stratégies et messages.

La deuxième : Vinted

Unknown

Il s’agit d’une plate-forme communautaire dédiée aux «modeuses » permettant à ses membres d’acheter, vendre ou troquer ses vêtements en quelques clics. Vinted, c’est 6 millions de « Vinties » à travers le monde et 900 000 produits en France depuis le lancement de la plateforme de paiement sécurisée en juillet 2014. Influencia a d’ailleurs posé quelques questions à Rozenn Héron, responsable France de Vinted. On vous laisse lire cette intéressante interview.

> Le social shopping s’est démocratisé ! Il n’est plus qu’une simple tendance, il est devenu une véritable habitude de vie pour des millions de shoppeuses du monde entier, qui le vivent comme une expérience à part entière. À l’heure du partage communautaire et de l’hyperconnexion, il semblerait que le shopping collaboratif soit l’avenir de l’e-commerce dans le secteur de la mode (entre autres). Le social shopping ne va pas venir se substituer aux grossistes de la mode mais il va surement en devenir un canal de distribution et de communication indispensable ! À suivre …

Bon long week – end à celles et ceux qui ont la chance de faire le pont, pour les autres bon courage !

A très bientôt.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *