Revue de Presse #58

Quoi de neuf dans l’actu ces dernier jours ?

Actu 1 > La Redoute mise sur la jeune création pour la saison prochaine, Fashionmag.com.

9bdb

Coralie Marabelle, Etienne Deroeux et Christine Phung – La Redoute.

La Redoute aime les jeunes créateurs. Le véadiste a annoncé, une fois de plus, de nouvelles collaborations pour la saison automne-hiver 2015 et annonce cette fois trois collections exclusives confiées à des jeunes designers encore inconnus (ou presque) du grand public :

Etienne Deroeux : mettra en lumière son univers mariant sportswear, architecture et design.

Coralie Marabelle : signera une collection capsule de 10 pièces, féminines et structurées.

Christine Phung : proposera une collection colorée avec des pièces aux graphismes forts, à la fois élégantes et effortless, très faciles à associer, suffisamment fortes pour se suffire à elle-même.

Trois profils qui ont beaucoup à gagner avec cette visibilité offerte par La Redoute. Chacun a créé une collection accessible qui sera mise en vente sur le site e-commerce de La Redoute dès le 15 juin prochain. L’ensemble des collections seront présentées à la presse d’ici la fin du mois de mai.

> Décidément, La Redoute aime surprendre ses clients en proposant des collections différentes destinées à mettre en lumière la jeune création française. Un initiative créative que l’on salue ! On a hâte de découvrir les collections.

Actu 2 > Camaïeu veut confirmer sa puissance avec légèreté, Fashionunited.fr.

Capture d’écran 2015-05-18 à 15.07.34

L’enseigne Camaïeu a décidé, cette année, de communiquer sur ses 30 ans en affirmant ses ambitions et en communiquant sur la force en France. « Camaïeu est aujourd’hui la marque de référence des Françaises dans le prêt-à-porter. Cet anniversaire nous donne l’occasion de réaffirmer nos ambitions : une proximité toujours plus forte avec nos clientes, des produits adaptés à leur besoin et une croissance durable en France et l’international. » Elisabeth Cunin (Présidente du Directoire de Camaïeu). Effectivement, les chiffres liées au segment féminin de la marque le prouvent : Camaïeu est leader en France depuis les années 90. Un succès qui n’empêche pas la marque originaire de Roubaix, de vouloir chercher des relais de croissance. Sa présence étrangère  se fera par le biais du commerce classique et du e-commerce. Déjà présente au Moyen-Orient, aux Philippines et en Indonésie, la marque va renforcer sa présence en Afrique avec une ouverture de 2 magasins en Algérie. La marque va également développer son site à l’international.  Enfin la marque a dû dernièrement faire face à une situation de crise du fait de sa sous-traitance au Bangladesh et suite à l’événement du Rana Plaza (un pantalon de la marque avait été retrouvé dans les décombres). Une communication de crise à laquelle l’enseigne à également dû faire face concernant la polémique salariale. L’image de la société en a pris un coup, c’est une certitude. Pour remédier à tout cela, la marque a choisi de miser sur la joie de vivre et la couleur via un site dédié. Elle organise notamment un concours Chromatic (jusqu’au 24 mai) et organisera d’autres opérations de street-marketing dans les prochains mois.

> Une chose est sûre, à défaut de lasser l’opinion publique, Camaïeu ne compte pas lasser le consommateur. On ne sait, cependant, pas si ces opérations de communication suffiront à faire oublier les sujets de crise. En tous cas, on apprécie l’idée chez Fitizzy. On se dit d’ailleurs que la marque aurait bien besoin d’un petit widget à notre effigie sur ses fiches produits 😉

Actu 3 > Zappos, ou l’étrange management … sans managers, Frenchweb.fr.

zappos

Zappos, e-commerçant américain spécialisé dans la vente de chaussures et de vêtements, a démis de leurs fonctions, fin avril, l’ensemble de ses managers. Une mesure choc qui reflète la volonté de Tony Hsieh, son PDG, d’expérimenter une nouvelle technique de gestion. Et apparemment, personne n’a été recruté pour les remplacer. Zappos a décidé d’adopter un nouveau mode de gouvernance : l’holocratie. Ce concept  renvoie à une méthode de gestion qui ne repose non plus sur des dirigeants mais davantage sur l’horizontalité. L’entreprise et les équipes se gèrent elles-mêmes, de façon plus transversale. « Nous voulons que Zappos fonctionne davantage comme une ville et moins comme une organisation bureaucratique, du haut vers le bas », expliquait Tony Hsieh. Il s’agit pour le fondateur de Zappos, d’atteindre des objectifs business et d’assurer le développement de son site dans un secteur, l’e-commerce, de plus en plus concurrentiel. Ce dernier a établi 10 valeurs clés de l’entreprise. Un ensemble d’idées censées refléter ce que l’entreprise appelle la « Zappos Family ». Il a aussi écrit « Delivering Happiness » traduit par « L’entreprise du Bonheur », tout un programme, qui veut tout dire ! Suite à cette prise de décision, l’entreprise aurait perdu 210 de ses salariés, en désaccord avec le nouveau fonctionnement mis en place. Enfin, sans même parler de la pratique, c’est aussi au niveau de la théorie que certains émettent des doutes. L’holocratie ne signifierait en rien un mode de gouvernance sans hiérarchie. Bien au contraire même.

> Une situation plutôt intrigante, que l’on pourrait admirer, mais qui pose, toutefois, la question de la viabilité du fonctionnement. Rendez-vous dans quelques mois, pour savoir si Zappos aura relevé le défi ! 😉

Actu 4 > Les Français font de plus en plus d’achats sur Internet, Fashionmag.com.

0afe

Au regard d’une étude réalisée par Médiamétrie, près d’un Français sur deux a réalisé des abats sur Internet depuis le 1er janvier. Un nombre en progression constante : 34,7 millions de Français ont sorti leur CB pour réaliser un achat sur une site de vente pendant le 1er trimestre 2015. Une progression de 3% par rapport à 2014. Les raisons de cette progression ? La sécurisation des sites e-commerce et l’augmentation constante des offres. Parmi les 5 sites les plus visités par jour, on retrouve : Amazon, Cdiscount, Fnac, Ebay et Voyagesncf. Il faut également  noter dans cette progression, l’augmentation des commandes passées sur les sites des Drive des hypermarchés. Les sites des voyagistes, eu aussi, connaissent une progression. Plus de 13,2 millions d’internautes y ont surfé au cours de ce premier trimestre 2015, c’est à dire plus d’un quart des internautes.

> Des chiffres encourageants qui prouvent que l’e-commerce n’est pas « mort » (en référence à l’essor des boutiques et leur digitalisation), mais qu’il suffit juste d’une offre riche et d’outils de sécurisation pour voir grandir le taux des transactions. Tout est question de confiance dans la vente en ligne, les grandes enseignes l’ont bien compris. Ces dernières mettent tout en oeuvre pour rendre la vie des consommateurs plus agréable, en proposant des outils simples et pratiques.

Si vous avez des suggestions, des réclamations, des propositions concernant le blog et notre Revue de Presse hebdomadaire, n’hésitez pas à nous en faire part ! 😉

Bonne semaine à toutes et à tous. À la semaine prochaine !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *