Revue de Presse #42

Nouvelle semaine, nouvelle Revue de Presse !

Actu 1 > Meilleurs extraits : « S’inspirer des startup à succès », le JDN, le 20 janvier.

2516705-meilleurs-extraits-s-inspirer-des-start-up-a-succes

À partir d’entretiens exclusifs avec des dirigeants de grandes start-up du Web, françaises et américaines, Adrien Tsagliotis, journaliste au JDN, retrace les parcours de ces entreprises et leurs stratégies les plus originales. Compilation d’anecdotes, « S’inspirer des start-up à succès » (Editions Dunod) se veut une source d’inspiration pour tous les entrepreneurs, les étudiants et plus largement tous ceux intéressés par l’économie digitale. Le journaliste nous livre différents conseils à travers ce manuel : tisser des liens forts avec ses premiers utilisateurs, se faire connaître à ses débuts en faisant preuve d’une réelle créativité, réussir à engendrer du bouche-à-oreille (meilleure des récompenses pour une startup). Voici plus d’informations sur le livre et pour l’acheter : www.startupsucces.com.

> Un manuel que nous n’avons pas encore lu mais qui semble très intéressant. Non seulement parce que certaines recommandations correspondent peut être à des actions qui ont été menées par Fitizzy mais aussi pour les conseils à suivre car il est toujours enrichissant de s’inspirer de ce que font les autres. Fitizzy étant une jeune startup, elle doit sans cesse se développer, innover, prouver et convaincre pour connaitre le succès escompté !

Actu 2 > Usine textile : immersion traumatisante pour trois blogueurs mode, Fashionmag.com, le 20 janvier.

Vous n’avez pas pu passer à côté de cette news la semaine dernière ! Trois blogueurs mode norvégiens ont, durant un mois, travaillé comme ouvriers dans une usine textile cambodgienne. L’épuisement et les larmes des trois occidentaux sont au centre de l’émission « Sweatshop : Deadly Fashion », désormais visible gratuitement et en anglais. Le programme a été diffusé en fin d’année, relançant en Norvège le débat sur la place de la consommation textile face aux réalités parfois difficiles de la production. Deux des « cobayes » ont notamment déclenché une vive polémique en accusant les producteurs d’avoir volontairement épargné le groupe H&M (pour des raisons politiques sans doute : parce que leader textile en Suède, pays voisin et parce qu’annonceur d’importance). Découpé en cinq parties de 13 minutes, le documentaire montre le cheminement des trois blogueurs, de l’enthousiasme du départ au désarroi le plus total face au rythme intenable des journées de travail et aux conditions précaires. L’un des passages les plus forts ? Quand une jeune fille de 19 ans racontant à une norvégienne du même âge que ce quotidien difficile  s’avère préférable à mourir de faim, comme cela s’est produit pour sa mère.

> Poignant, ce documentaire aux allures de « télé réalité » ne fait que confirmer la polémique. Un sujet très controversé dans le secteur du textile. Il semble, en effet, urgent de dénoncer ce genre de pratique. Chez Fitizzy, nous sommes partisans d’un boycott total des marques de prêt-à-porter qui font produire leurs collections par des populations lointaines dans des conditions déplorables et inhumaines. Cela est condamnable et soulève de véritables questions d’éthique.

Actu 3 > Le consommateur en manque de pop-up stores, Influencia, le 22 janvier.

Ni les centres commerciaux standardisés ni les centres ville ou les quartiers envahis de locaux vacants font encore « bander » les clients. (ce n’est pas nous, c’est Influencia 😉 ). Pourtant, ceux-ci attendent de nouvelles opportunités d’achat pourvu qu’ils soient surpris. Le pop-up store a une carte à jouer dans cette bataille, selon l’étude Ipsos menée pour HopShop. Si pour 31% des Français le pop-up store est déjà une habitude récurrente, ils ne sont que 23% à ne l’avoir testé qu’une seule fois et 46% à n’en avoir jamais vu selon l’étude « Les citadins et les boutique éphémères » menée par Ipsos pour Hopshop.  L’éphémère près de chez soi est une véritable envie des consommateurs pour plus d’animations et de surprises. Ce souhait cache une satisfaction toute relative blasée à l’égard de ce qui existe déjà dans les quartiers, villes et centres commerciaux. Le but ? La possibilité de faire des découvertes, d’avoir accès à de nouveaux articles, d’essayer de nouveaux produits, ou encore de profiter d’animations originales. Il existe une véritable lassitude face à l’uniformisation des offres et à la fois il est complexe de faire face à une passivité grandissante de la part des consommateurs sonnés par la crise. Les consommateurs veulent, malgré tout, de l’inattendu, de l’originalité et de la variété, plus de ludique et de divertissements. La boutique éphémère serait le pendant idéal à l’e-commerce dont le principal inconvénient est que l’on ne peut pas toucher ou essayer les articles avant de les commander. Le pop-up store plait car il suscite de nouvelles motivations d’achat. Du côté des marques et des enseignes, il y a une réelle opportunité à saisir face aux cycles de consommation de plus en plus courts et aux incessantes nouveautés qui obligent le renouvellement. La solution alors ? Investir de nouveaux endroits originaux afin de toucher une nouvelle clientèle et pour se démarquer de la concurrence. Le pop-up store offre aux marques un dynamisme, une souplesse, une inventivité, une fugacité et un effet de curiosité propices à la création rapide et intense de trafic, de proximité et de lien plus convivial ou sensationnel. Tout en leur permettant de communiquer à peu de frais, car souvent les endroits inattendus, l’événement spectaculaire ou le phénomène de rareté qui les accompagnent sont largement médiatisés. Bref, le pop-up store est un espace de vente mobile et éphémère qui doit être source d’audace.

L’infographie qui parle ! 

iconographie_10x29_02_RVB

Philippe Lehartel associé chez venteprivee.com.

> L’envie de vivre une expérience shopping est plus forte que tout pour de nombreux consommateurs. Le concept de pop-up store est en plein boom chez de nombreuses marques depuis le luxe à la grande consommation en passant par les distributeurs, les associations ou les créateurs artisanaux. Dans un contexte économique morose, la mode est à l’innovation, à la nouveauté et à l’originalité. Le shopping doit devenir une nouvelle expérience agréable, bénéfique et ludique.

Actu 4 > Le e-commerce calendar par Prestashop.

Prestashop délivre un outil essentiel et très utilise pour les utilisateurs de l’outil e-commerce : le e-commerce calendar !

Capture d’écran 2015-01-26 à 13.01.08

> Un outil très utile et stratégique pour l’organisation d’opérations marketing et de communication, quand on évolue dans le secteur du E-Commerce ! Une bible à accrocher au-dessus de son bureau de toute urgence 😉

À la semaine prochaine pour une nouvelle Revue de Presse !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *