Léti, personal shopper !

LétiLéti est une jeune femme urbaine qui vit à 1000 à l’heure, une jeune femme pétillante, passionnée et ambitieuse. Elle a accepté de nous accorder une petite interview entre deux séances de personal shopping à Paris, sa nouvelle ville.

Pourrais-tu te présenter en quelques mots ? Quel est ton parcours ?

Léti, 31 ans, je suis personal shopper depuis 8 ans. J’ai fait des études de marketing. Avec mon blog « La mode by Léti », je suis devenue coach mode : c’est à dire consultante pour des enseignes, des groupes pour lesquels j’interviens en tant que coach mode. Je suis une vraie passionnée de Mode.

Pourquoi as-tu eu envie d’exercer ce métier ?

C’est tout bête. J’ai fait mes études en alternance et en dernière année j’ai eu l’envie de monter un projet perso, de créer quelque chose … J’ai pris une feuille blanche et je me suis dis « Bon qu’est-ce que j’aime ? » … Effectivement j’aimais beaucoup la mode, déjà quand j’étais étudiante. J’avais déjà entendu parler de ce métier. J’ai réalisé une veille et je me suis rendue compte que dans le NPDC, les personal shoppers n’existaient pas, alors que le métier était assez développé sur Paris. J’ai pris le défi d’essayer de me faire un nom dans ma ville : Lille. Ça a pris du temps, j’ai galéré, ça a été difficile au début car la perception du conseil mode (une forme de service à la personne) n’était pas hyper démocratisée dans notre région. Heureusement que je me suis accrochée et qu’il y a eu l’émergence d’émissions TV et pas mal de presse autour de mon projet ! Je me suis lancée avec une tarification accessible uniquement pour me faire connaître et faire parler du métier.

A quoi sert concrètement un personal shopper ?

Un personal shopper, à la base, ça te sert à gagner du temps. Une cliente va, par exemple, te dire voilà, j’ai 4h de dispo, j’ai autant de budget et j’ai besoin de ça. Le personal shopper va optimiser le temps en fonction de tes moyens. Sur Lille, j’ai été le substitut des relookeuses, dans la mesure où beaucoup de clientes sont venues me voir pour me dire « Léti, j’ai besoin que l’on revoit ma garde robe mais je n’ai pas spécialement besoin de cours de make-up, je n’ai pas besoin que l’on s’occupe de ma coiffure. Tout ce que je veux ce sont des vêtements. » Donc, oui il y a pas mal de conseils à donner. Au delà du gain de temps, j’accompagne la cliente dans son shopping, je lui apporte des conseils adaptés à ses envies et à ses besoins.

Quel est le profil de tes client(e)s ?

Ma cliente c’est une femme qui a entre 35 et 45 ans, CSP+, une bonne situation. Au delà de l’argent, c’est aussi une question de mentalité. C’est typiquement ce genre de personne qui va avoir besoin de mes conseils. Avec les cartes cadeaux, lors de ces deux dernières années, ma clientèle s’est quelque peu élargie dans la mesure où j’ai plus de jeunes qui viennent demander mes services, plus de femmes, tous milieux confondus. Plus d’hommes, aussi, décident d’offrir ce genre de cadeau à leur copine. Aujourd’hui, les cartes cadeaux partent toute l’année, il n’y a plus d’occasion particulière.

Combien coûte une session de shopping à tes côtés ?

Mes séances coûtent 55 € de l’heure. Ensuite, c’est dégressif, 200 € la demi journée (4h) et 315 € la journée (7h) et je réalise un devis personnalisé. Il existe un forfait qui fonctionne très bien, c’est le forfait conseil en style à 70 € (1h d’analyse garde robe et 2h de shopping) : un tarif accessible pour toutes les filles qui souhaitent des conseils mode sans se ruiner.

Quels aspects de ton travail préfères-tu le plus ? Le moins ?

Le plus grand plus, je dirais le côté humain, il n’y a rien de plus satisfaisant, pour toi, le coach mode, que la reconnaissance d’une cliente qui va te dire à la fin de son shopping « Merci Léti, j’ai passé une super après-midi. » Au delà de l’argent, c’est ce genre de chose qui me booste au jour le jour. Lorsque j’envoie un questionnaire, souvent les gens aiment répondre à la partie « remarques », c’est là où ils expriment leurs complexes, leurs soucis … Quand je réussis à palier à tout ça, c’est une vraie victoire pour moi. Ensuite, on ne va pas se mentir, je fais les boutiques toute la journée, c’est un vrai point positif. Mon métier est relativement agréable au jour le jour. Le troisième point positif serait le fait de réussir à allier mon métier à ma passion : pouvoir gagner ma vie avec la mode, c’est une chance. Le seul côté négatif serait peut être le statut d’indépendant. C’est à toi de te bouger pour trouver tes clients ! Il faut réussir à se diversifier, à se vendre …

Arrives-tu à toujours être honnête en ce qui concerne le porter des vêtements sur tes client(e)s ?

Oui, c’est une certitude. Avec mon franc parler et avec un peu d’humour, ça fonctionne très bien ! Et puis c’est important pour la cliente …

Prends-tu toujours autant de plaisir à faire du shopping pour toi ?

Oui, ça reste une vraie passion. Mais tout dépend des jours. Parfois, je n’en ai pas l’envie. En même temps, je suis obligée de rester en veille permanente. Avec mon métier, il est indispensable de rester à l’affut de toutes les nouvelles tendances, des tarifs pratiqués … pour pouvoir réaliser un conseil mode efficace et adapté. Avant, je faisais beaucoup de repérages, maintenant, je commence à connaître la manière dont fonctionnent les marques. Je suis en mesure de pouvoir proposer un parcours shopping personnalisé. Aujourd’hui, à Paris, je fais essentiellement de l’initiation au personal shopping, je forme beaucoup de nanas. Il n’y a que ça qui marche ! Ça me permet de donner un nouveau souffle à mon activité.

Comment les gens considèrent-ils ton métier ?

Souvent, ils ne voient que le côté « paillette » de l’activité, ils n’ont pas conscience du travail réalisé derrière … Mais les gens trouvent mon métier sympa en général.

Est-ce qu’il est nécessaire pour toi de toujours être lookée ?

Oui, c’est important. Au début, quand je me suis lancée, j’ai adopté un look un peu « madame », histoire d’être crédible et respectée. Au final, je me rends compte qu’il est plus intéressant de me rendre aux séances shopping en m’habillant comme je le souhaite, en air max si j’ai envie d’être à l’aise par exemple. Ça ne sert à rien de se déguiser. Je fais un effort, c’est important … Je m’habille en fonction de mes envies et de mon état d’esprit du jour.

Est-ce que les émissions de relooking ont permis à la profession de mieux se faire connaître?

Complètement. A l’époque, quand l’émission « Nouveau look pour une Nouvelle vie » avec Emilie Albertini et Christina Cordula, a fait son apparition, personne n’en a vraiment parlé, puis l’émission a eu de plus en plus de succès. Aujourd’hui, tout le monde en parle. C’est presque devenu un fait de société, l’apparence compte beaucoup pour les gens.

As-tu des icônes fashion qui te servent de références ?

Je n’en ai pas spécialement. Mes références, ce sont surtout les Tumblr. Je suis dans une phase où je m’inspire beaucoup des photos trouvées sur les blogs. En termes d’inspirations, c’est top !

Fais-tu beaucoup de shopping sur Internet ?

Oui, effectivement, je fais beaucoup de shopping sur Internet. Surtout par manque de temps. Je commande des produits que je vais chercher en boutique, c’est assez pratique. Je commande principalement sur Asos, le choix y est tellement riche !

Connais-tu Fitizzy, l’appli shopping qui recommande la bonne taille sur Internet ?

Non, mais je suis curieuse d’en savoir davantage … (Je lui explique donc le concept 😉 )

Que penses-tu de cette appli shopping ?

Je trouve ça chouette ! Comme je reste dispo pour mes clientes sur le web, cette appli pourrait être super utile pour moi. Pour les nanas accros au shopping en ligne, le risque de renvoi est important. Cette appli permet de gagner du temps, c’est évident …

1043965_598704360152166_1481432807_n

Son site

Sa page Facebook

Son compte Twitter

Son Tumblr

 

Merci Léti et à très vite …

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *