Fitizzy à la conquête de la Pologne

Sarah Rodrigues, Business Developer chez Fitizzy, est partie

en Pologne rencontrer de nouveaux prospects. Retour sur la dimension culturelle du pays.

Fitizzy_pologne

  1. Dans quel cadre es-tu partie en Pologne ?
    Je suis en licence professionnelle métier du commerce international en PME. Celle-ci propose aux étudiants de réaliser une mission commerciale concrète pour des PME et Startups de notre région. Cette année, nous sommes partis en Pologne, à Varsovie puis à Gdansk.
  1. Quels ont été tes objectifs ?
    Mes objectifs professionnels ont été de réaliser une étude de marché concrète et précise sur le marché de l’habillement et de la chaussure en Pologne, identifier et contacter les enseignes françaises en Pologne mais également les enseignes polonaises et internationales. Ensuite, il a fallu décrocher des rendez-vous afin de rencontrer les prospects durant mon déplacement en Pologne. J’ai pu rencontrer une enseigne allemande, polonaise et française.
  1. Pourquoi as-tu souhaité défendre Fitizzy
    J’ai souhaité défendre Fitizzy car il s’agit d’une entreprise à gros potentiel. C’est une aide supplémentaire offerte aux consommateurs. Le principal problème sur les e-shop est que les guides des tailles proposés sont très complexes et peuvent être un obstacle pour passer à l’acte d’achat. Les administrateurs de ces sites pensent que tout le monde connaît très bien sa morphologie, mais il y a des différences entre les marques et les pays et ça, beaucoup ne l’ont pas encore compris.
  1. Pourquoi la Pologne est-elle un marché de choix pour les entreprises françaises ?
    La Pologne compte aujourd’hui 38 millions d’habitants soit 38 millions de consommateurs potentiels pour nous, intégrer ce marché est une entrée direct sur le marché de l’Est qui est de plus en plus prometteur. En plus d’avoir une économie fiable, la Pologne a de très bonne relation avec la France, tant au niveau des importations que des exportations. En plus de ça il y a des secteurs très porteurs notamment les TIC, le domaine médicale ou encore le marché du Luxe.
  2. Comment se porte l’industrie du textile et de la mode ?L’industrie du textile et de la mode en Pologne se porte très bien. Le pouvoir d’achat des polonais n’a fait qu’augmenter durant ces dernières années ce qui a forcément augmenter leur consommation. Malgré cela, ce sont les magasins de vêtements proposant des prix attractifs qui sont les plus intéressants.
  3. Comment s’est passé ta rencontre avec les prospects ? 
    Durant ma semaine de déplacement j’ai pu avoir différents rendez-vous. Ils se sont tous très bien passés. J’avais une appréhension au début, représenter une entreprise à l’étranger est une grosse responsabilité. Finalement la solution Fitizzy fut un succès, je n’ai eu que de bons retours.
  4. Quelques conseils pour réussir dans le monde des affaires polonais ?
    Que ce soit pour le marché polonais ou les autres marchés, il faut savoir s’adapter à cette nouvelle culture. Que ce soit de courte ou longue durée, certaines choses ne sont pas à faire et il faut les connaitre. Avant mon départ j’ai pu apprendre certaines phrases de politesse, les polonais y étaient très sensibles. Ils sont fort attachés à leur histoire et  leur culture.

Sarah Rodrigues
Business Developper 
srodrigues@fitizzy.com

La dimension culturelle en Pologne 

  • La ponctualité Pour rencontrer un prospect, la prise de rendez-vous est une étape obligatoire. Aussi, la ponctualité sera prise très au sérieux.
  • Style de communication  Le salut inclut une forte poignée de main et le contact dans les yeux est primordial. Il démontre la franchise. En outre, la distance entre deux interlocuteurs est très petite, elle est inférieure à la longueur d’un bras en revanche, il est déconseillé de toucher une personne pendant la conversation.
  • La conversation  Le premier entretien permettra de voir la confiance installée entre les interlocuteurs. Il faut apprendre à se connaître avant de passer aux affaires. Le caractère des polonais est chaleureux et l’humour sera un moteur, quelque soit le type de conversation.  En revanche, la religion reste un sujet à éviter. L’opinion des polonais sur la religion ne refléter pas la façon dont ils dirigent leur vie.
  • Les affaires La première étape étant d’apprendre à se connaître, les affaires se font lentement. En outre, le pouvoir décisionnel reviendra souvent aux dirigeants de l’entreprise. Pour convaincre, il sera conseillé de venir avec des présentations claires munies de graphiques et de chiffres clés.
  • La démonstration des émotions Les polonais sont très francs et tendent à exprimer leurs émotions en public.

Pologne_Fitizzy_2

« Pour croire avec certitude, il faut commencer par douter. » Proverbe polonais

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *