Revue de Presse #22

Hello Hello !

Un petit tour de l’actu web ce matin dans notre Revue de Presse.

Actu 1 > Les 5 étapes de la relance de clients inactifs – idées campagne, Webmarketing&com, 21 août.

atelier-information

La stratégie d’acquisition est un point très important dans le e-commerce. Avoir des clients c’est bien, les fidéliser c’est encore mieux, mais réussir à en avoir de nouveaux et ce régulièrement, c’est un travail intensif qui se fait sur le long terme. L’intérêt est économiquement double : relancer ses clients pour permettre de générer du CA et optimiser ses actions marketing, car l’acquisition de nouveaux clients et plus difficile et plus coûteuse que l’optimisation de clients existants. Dans cet article, on nous explique 5 étapes pour préparer une campagne de relance de clients inactifs efficace :

  • Prendre soin de bien gérer les commandes en donnant un maximum d’informations sur l’avancée de la livraison, proposer un moyen de communication fiable et ne pas oublier l’importance d’un bon service après vente. Cela s’adapte et fonctionne également pour les sociétés de service comme Fitizzy. L’idée ? Augmenter son capital sympathie et son capital confiance pour que les clients communiquent sur la marque via les réseaux sociaux. Les marques et services bénéficient alors d’une communication « gratuite » grâce à la satisfaction clients.
  • Déterminer un message fort et percutant et organiser son e-mailing en fonction. Il peut s’agir d’un objet original qui suscite la curiosité ou d’une image attractive. D’un point de vue technique, l’utilisation du code HTML est préférable.
  • Récupérer un maximum de données, les centraliser pour la préparation des campagnes et leur déclenchement.
  • Personnaliser le mail en y indiquant des informations qui concernent chacun des clients, prénom, date du dernier achat,  date de la dernière actualisation des données, mention d’un événement auquel ils ont participé … Tout dépend du business model.
  • Automatiser l’envoi et créer des critères de choix pour l’opération de relance. Rester informé des statistiques d’envois pour optimiser la relance.

> Des conseils avisés et pertinents qui sont finalement la base d’une bonne gestion clients. A cette liste, nous rajouterions d’ailleurs la mise en place d’une offre promotionnelle ou d’un service exclusif destiné au client pour l’inciter à revenir vers nous. Une relance dynamique et régulière permettra de bons résultats à coup sûr.

Actu 2 > Vers une agence de notation du like, Influencia, 23 juillet.

Capture d’écran 2014-08-25 à 11.08.42

En accumulant des milliards de données, Google, Facebook, Youtube et autres réseaux sociaux ou sites de ventes en ligne sont capables de cibler très finalement chacun d’entre nous et peuvent ainsi vendre de l’espace publicitaire aux annonceurs. Mais comment être certain que c’est bien un humain derrière son ordinateur qui reçoit l’offre promotionnelle ? Comment les annonceurs peuvent-ils s’assurer de la qualité du « like » qu’ils achètent ? En repositionnant le public au centre des relations, la révolution digitale a chamboulé tout l’édifice du marketing. Pour réduire le risque d’un « like » de mauvaise qualité, il faudrait alors introduire un tiers de confiance qui jouerait le rôle de garant de sa qualité.

Derek Muller, YouTuber américain dénonce notamment le manque de pertinence et la qualité des « like » vendus par Facebook dans sa vidéo Facebook Fraud. Cette vidéo, vue plus de 1,8 millions de fois soulève une question importante : qui est véritablement derrière les « like » que Facebook vend à travers son offre de promotion de posts ?

Un réel besoin de transparence quant à ce système de « like » devient alors essentiel pour les marques ! De nombreuses sociétés ont développé des logiciels capables de cibler très précisément les internautes. Le « like » doit être pertinent, il doit avoir du sens à un moment donné pour un objectif donné. L’article évoque la création d’une agence de notation du « like » : une place de marché généralisée sur laquelle les réseaux sociaux se verraient attribuer une note en fonction de la qualité de leur like. Les marques pourraient alors acheter, en toute confiance, des lots de like.  Dès lors, les marques pourraient profiter pleinement de la puissance marketing qu’offre la Big Data.

> Sur le web, mieux vaut avoir une communauté de fans plus petite mais très engagée qu’une gigantesque communauté qui n’interagit pas. L’initiative engagée par Burger King est intéressante. Réduire sa communauté à une communauté fidèle et active apporte certainement plus d’avantages que d’avoir une communauté trop disparate qu’il faut aller chercher.

Actu 3 > Les shazams de la mode se multiplient, Fashionunited, 20 août.

3155887_3_6d0c_l-application-shazam-permettant-aux-melomanes_b45bcd86eb1f1539d29746652a0262af

On connaît tous l’application Shazam qui permet de retrouver les noms de morceaux de musique à partir de sons entendus. Les « Shazam fashion » reprennent exactement le même principe: on croise dans la rue une tenue qui nous plait, on prend la photo la tenue en question et l’application permet aussitôt de la trouver sur Google ou d’en trouver une qui s’en rapproche fortement dans les marques pour lesquelles a été développée l’application. Il existe différentes applications : Moodstocks (France), Slice (Canada), Asap54 (Angleterre). Cette dernière recherche, par exemple, l’équivalence du modèle scanné sur les sites Zara, Asos ou Topshop. Kiabi, de son côté, avait lancé une application avec Google Glass. Aucune des applications n’est encore réellement au point : les équivalences des tenues proposées sont souvent bien approximatives mais de vifs progrès se font depuis leur mise sur le marché. Plusieurs enseignes de fast fashion expérimentent localement leurs performances et toutes regardent avec attention les développements récents, en attendant de miser sur la meilleure d’entre elles. L’application Wheretoget, semble à cet égard, particulièrement prometteuse car c’est la seule, à ce jour qui semble avoir résolu la difficile reconnaissance exacte d’un article de mode. L’application a déjà séduit deux millions d’utilisateurs principalement américains. L’application repose sur partage d’informations « crowdsourcing ». Le principe est simple : vous photographiez un vêtement et l’application le transmet automatiquement aux membres de la communauté qui suggère des résultats. Cette application permet de faire intervenir les marques qui peuvent espérer séduire de nouveaux clients par ce nouveau canal. Bien évidemment, la firme Shazam elle même ne compte pas rester en retrait sur ce nouveau marché. Elle a déjà lancé en décembre 2013 (et en Angleterre tout d’abord ) l’application  Styles Eyes qui référence 1700 marques, et voudrait lancer prochainement une application qui s’appuie solidement sur une base de données élaborée par Shazam en accord avec les producteurs d’émissions TV américaines.

> Une technologie intéressante qui manquait au secteur de la mode. Ce genre d’application permet de vivre de nouvelles expériences shopping. Dans une société où tout va très vite, ou la fast fashion / consommation prédomine et où l’exigence client est bien présente, ce genre d’application en temps réel répond à une vraie demande : « avoir tout tout de suite ». Une idée de collaboration avec Fitizzy pourrait d’ailleurs être envisagée pour une expérience shopping complète !

Actu 4 > Consommation : l’habillement sort du rouge au 1er semestre, Fashionmag.com, 19 août.

robes

La France a connu sur les six premiers mois de l’année une progression de 0,7 % de ses ventes d’habillement. Une période sur laquelle seuls les indépendantes et multimarques auraient connu un recul de l’activité. Le secteur laisse néanmoins derrière lui le recul de 2,2 % constaté au premier semestre 2013. Les chiffres de l’IFM nous indiquent également une croissance notable enregistré pour la VAD.

1ed4

b4d6

> Une bonne nouvelle pour la VAD qui semble obtenir la meilleure croissance. Un élément intéressant pour l’application Fitizzy dans la mesure où plus le marché de l’habillement en ligne est porteur, plus Fitizzy a de chances de toucher un maximum de marques. D’autant plus qu’une application telle que Fitizzy peut permettre une augmentation des ventes conséquentes et un taux de retours moindre.

Si vous avez des remarques et / ou suggestions à nous faire concernant la Revue de Presse, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire ou à nous écrire à l’adresse contact@fitizzy.com !

Merci et à lundi prochain pour le RDV presse de la semaine.

Marie.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *