Revue de Presse #65

Actu 1 > Camaïeu lance son observatoire du prêt-à-porter en partenariat avec Odoxa, Fashionmag.com.

camaieu-1

L’enseigne Camaïeu a souhaité interroger les Françaises sur leurs habitudes de consommation et décrypter leur comportement durant leur shopping. Le sondage a mis en avant l’importance des périodes de soldes et le multicanal. Ainsi, pour ses 30 ans, l’enseigne a créé l’Observatoire du prêt-à-porter (avec Odoxa) afin de s’informer et de s’ajuster au comportement des françaises en ce qui concerne le shopping. L’étude révèle que le budget moyen alloué à la mode serait de 208 euros sur la saison printemps-été. Un budget visiblement en baisse pour 4 françaises sur 10. Les trois quarts des Françaises déclarent l’acheter que durant la période des soldes afin de bénéficier des tarifs préférentiels et par souci d’économies. L’importance du multicanal ressort de cette étude. On remarque que boutiques et internet vont de paire dans la stratégie d’achat des Françaises. Cependant, l’achat sur Internet ne fait toujours pas l’unanimité puisque un tiers des femmes déclarent ne jamais acheter de vêtements sur la toile. Même si la tendance est à la personnalisation de l’accueil en magasin, les clients sont exigeantes et souhaitent être conseillées seulement si elles le demandent. Pour l’été, on apprend que le bleu serait la couleur favorite des françaises, et que la pièce phare de leur vestiaire est la robe. L’Observatoire du PAP a prévu de revenir à l’entrée et pour, peut être, d’autres saisons encore.

> Une initiative intéressante et stratégique de la part de l’enseigne qui étudie le comportement de ses propres clientes. Un outil statistique qui permet non seulement d’analyser pour mieux anticiper les saisons prochaines mais aussi un outil précieux pour les autres enseignes de prêt-à-porter souhaitant connaître ces informations pour mieux mettre en places les stratégies futures et ainsi répondre au mieux aux besoins des consommatrices Françaises.

Actu 2 > Le pop-up store plébiscité : 83% des consommateurs veulent de l’inattendu, Fashionmag.com.

Les-pop-stores-ces-boutiques-ephemeres-qui-font-fureur-F

Apparus pour la première fois dans les années 2000 aux Etats-Unis, les pop-up stores se sont multipliés jusqu’à envahir nos villes. On a recensé 360 opérations en Europe depuis 2008, rien que dans le secteur de la mode, du sport, des accessoires et cosmétiques. Il semblerait qu’il y ait une réelle appétence des consommateurs pour le concept. Au carrefour du street marketing et de l’événementiel, les pop-up, pu boutiques éphémères, consistent à aller à la rencontre des consommateurs dans un termes et lieu donné, pour leur faire découvrir nouveaux produits et nouvelles marques. Les pop-up renforcent l’univers de marque et réponde à de vraies attentes de la part des consommateurs, qui souhaitent, pour la majorité, faire des découvertes inattendues et originales. Il s’agit d’un concept agréable et ludique pour effectuer son shopping et passer un moment original et inattendu. Pour cela, le pop-up store doit offrir un certain nombre d’éléments, parmi eux, un lieu premium offrant un fort passage ou la mise en place de « trucks » permettant une mobilité de la boutique éphémère. L’aménagement et les différents moyens de paiements sont également importants. Il convient de bien ajuster sa cible, car le grand point faible des op-up demeure la concurrence des marques présentes à l’année. Les pop-up stores, dans le cas des pure players du web, permettent aussi de tester des emplacements pour une éventuelle prochaine installation.

> Le pop up store est un atout commercial pour une enseigne qui souhaite surprendre sa clientèle ou une clientèle nouvelle. Il est une alternative shopping attractive, originale et ludique, permettant au consommateur de passer un moment agréable et expérimental, dont il se souviendra. Une bonne manière pour l’enseigne de renforcer son image, son univers et de marquer les esprits des consommateurs.

Actu 3 > Julien Fournié : des accessoires couture modélisés et imprimés en 3D, Fashionmag.com.

4K-25-Phoenix-Buste-Blanc-2K-ite-fondNoir

Il y a plus d’un an, Julien Fournié, créateur de mode, présentait une collection de chaussures conçues via un logiciel 3D grâce au FashionLab de Dassault Système (dédié aux créateurs de mode). Cette année, le créateur crée une nouvelle fois l’événement en dévoilant des accessoires couture élaborés intégralement en 3D, de la modélisation virtuelle à l’impression. Cette collection d’accessoires baptisée « Phoenix » a été conçue pour l’automne-hiver 2015-2016 qui sera présenté lors de la semaine de la couture, dès aujourd’hui à Paris. Le créateur explique : « Je souhaitais apporter plus de légèreté et plus de souplesse à ces ailes de Phoenix. Mais je n’avais pas le temps de faire de nouveaux prototypes physiques. J’ai donc naturellement collaboré avec le FashionLab pour retravailler mes Phoenix en 3D ».

> Une innovation créative qui prouve une évolution considérable de la Mode et des possibilités technologiques qui s’offrent à elle pour se renouveler toujours et encore. Ce genre d’innovation et de collaboration Mode/Technique encourage les créateurs de mode à créer différemment, à réaliser des vêtements en adéquation avec les nouvelles technologies, pour surprendre toujours plus et s’adapter, non plus à des besoins exclusivement esthétiques, mais aussi à des besoins fonctionnels et pratiques. Le futur de la Mode est en marche …

Actu 4 > Les enseignes de proximité, de nouveaux magasins tendance, Fashionmag.com.

breve49977-1

C’est un fait, les magasins de proximité ont la cote auprès des consommateurs. Le CA de ces enseignes de quartier est en progression annuelle de 6,3%. Carrefour Express, Casino Shop, Leader Price Expresse … À chaque grande surface sa formule « proximité ». Et la tendance n’est pas prête de s’arrêter puisque Nielsen prévoit la conversion de nombreux hard discounts en magasins de proximité au cours des prochaines années. En 1 an, le nombre de points de vente de ce format a augmenté de 4%. Vincent Cornu, directeur distribution chez Nielsen France : « Les enseignes maillent désormais le territoire français avec près de 10 000 supérettes et magasins de proximité qui sont de véritables acteurs de la vie locale ».

> La tendance est effectivement aux supérettes « friendly » pratiques et agréables, dans lesquelles on ne passe pas des heures. Les magasins de proximité offrent un choix de produits ajustés, souvent locaux et de qualité, dans lesquels les consommateurs peuvent facilement trouver ce dont ils ont besoin et rapidement, dans un souci de gain de temps. La caractéristique « acteur de la vie locale » est très importante car elle fait référence à un contexte serein, de confiance où le consommateur est susceptible de passer un moment agréable, avec d’autres personnes du quartier (=village) dans lequel il vit. Bref, c’est le retour à la simplicité, aux fondamentaux … !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *