Revue de Presse #37

Nouvelle semaine, nouvelle Revue de Presse !

Actu 1 > E-Commerce : les ministres européens s’accordent sur le transfontalier, Fashionmag.com, le 28 novembre.

RDP

Le 27 novembre dernier s’est réuni à Bruxelles le Conseil de l’Union européenne des ministres des télécommunications. Aucun accord n’a réellement été trouvé sur la neutralité du net mais les participants se sont entendus sur la facilitation de l’e-commerce transfontalier. Le bilan officiel de ce conseil indique que « la fracture numérique doit être réduite, y compris les état membres ». Différentes mesures devraient être prises pour permettre aux entreprises de e-business de s’étendre plus facilement hors des frontières. Les obstacles concernant les petites entreprises devraient être réduits. Dans tous les cas, un environnement réglementaire stable et prévisible pour les investissements a été évoqué. Axelle Lemaire, la secrétaire d’Etat française du Numérique à mis en avant la préservation des conditions d’un marché unique numérique ouvert et non discriminatoire. L’année 2015 sera visiblement une année clé pour la nouvelle Commission qui souhaite faire du numérique un axe majeur du réveil européen, en incitant à la création et à la croissance d’entreprises numériques innovantes en Europe.

> Des informations très importantes pour nous, startup innovante. Nous ne sommes pas une e-boutique, malgré tout, nous avons pour projet de nous ouvrir à l’international. Nous restons donc à l’écoute de toutes ces réformes et prises de décision quant à l’avenir du e-commerce.

Actu 2 > E-Fashion 2014 : un rendez-vous pour devancer les nouvelles attentes sur Internet, Fashionmag.com, le 28 novembre.

rdp2

Demain se tiendra à Paris la deuxième édition d’E-Fashion, dédié aux acteurs de la mode, de la beauté et du luxe sur Internet. L’occasion, pour les professionnels, de faire le point sur les comportements d’achat, l’évolution de la demande, l’innovation et la place des réseaux sociaux dans la stratégie de développement. Différents thèmes seront abordés : les megatrends, les parcours clients, la personnalisation, la place de l’expérience client, les interactions entre on et offline, un tour du e-commerce dans les BRICS, la place des communautés, le principe de consommation collaborative, mais aussi, la place grandissante des objets connectés, les centres commerciaux 2.0 et les imprimantes 3D. De nombreux intervenants, dirigeants et responsables de sociétés du secteur seront présents pour partager leur expérience (cf. article). Les différents témoignages seront illustrés de résultats d’études exclusives pour aider à décrypter les nouvelles tendances de consommation.

Le rendez-vous se tiendra de 9h à 18h dans le cadre du Pavillon Daunou (18 rue Daunou, dans le II ème arrondissement). Ce rendez-vous est accessible aux professionnels au prix de 390 euros HT via le portail de CCM Benchmark (les abonnés de FashionMag.com peuvent bénéficier d’un tarif préférentiel). 

> Un événement très important pour toutes les marques de mode déjà présentes sur le web ou en voie de le devenir. En effet, cette conférence, très opérationnelle, donnera également des clés pour valoriser l’image de marque et optimiser les stratégies commerciales grâce aux nouvelles technologies digitales.

Actu 3 > Les pulpeuses veulent « déringardiser » la mode XL, Fashionmag.com, le 1er décembre.

1f12

C’est un fait. On peut être à la fois « ronde » « belle » et « tendance ». C’est ce que les organisateurs de la « Pulp Fashion Week » (les 11 et 12 avril prochains à Paris) ont revendiqué à travers leur défilés pour les femmes pulpeuses. 

« On nous dit depuis toujours que les femmes rondes ne peuvent pas être belles et sexy, qu’il faut s’habiller dans les magasins vieillots… que la vraie beauté, c’est la taille 32-34 des magazines, alors que personne dans la rue ne met ça, c’est de la dictature! »  « Regardez mes modèles, elles font du 42 au 50 et elles ont toutes une beauté pulpeuse » Blanche Kazi, fondatrice de la Pulp Fashion Week.

Depuis quelques années, les défilés dits « grande taille », démarrant au 42, se multiplient de New York à Rio en passant par Londres, Milan et Paris. Blanche Kazi a lancé sa Pulp Fashion Week en France en 2013. En moins de deux ans, le milieu a vu émerger trois magazines en ligne : Curvista, Plump et « Ronde et Glamour » (aujourd’hui également en version papier), ainsi que de nombreuses blogueuses inspirées par le populaire « leblogdegigbeauty » de la chroniqueuse télé Stéphanie Zwicky. Women Curves, un concept store de 250 mètres carrés a également vu le jour en septembre dernier à Paris. L’élargissement du tour de taille des femmes n’est pas étranger à cette mini-vogue au sein de l’industrie de la mode. Les femmes ont pris 6,7 cm en 15 ans, selon l’étude ObEpi-Roche publiée en 2012. Si la moyenne des femmes mettaient du 38 en 1970, aujourd’hui elles s’habillent en 40, d’après l’Union Française des Industries de l’habillement. Les marques l’ont compris, mais à la fois pour des raisons d’image et de coût de production, rares sont celles en France qui osent proposer du « grande taille ». C’est pourquoi la mode « GT » reste à part. La directrice artistique de la Pulp Fashion Week, Lalaa Misaki, a d’ailleurs fini par créer ses propres modèles – tendance glamour chic -, vendus par la marque Jiuly. Pour Blanche Kazi, le statut de capitale de la mode « étrique » finalement les esprits parisiens qui craignent que les « rondes » ne nuisent à l’image de la femme française, mince et élégante.

> Une chouette initiative que l’on salue et qui prouve que : peu importe nos mensurations, nous avons toutes le droit d’être à la mode. La Pulp Fashion Week est un véritable pied de nez aux diktats de la minceur.

Actu 4 > « La France est une terre d’innovation et de croissance », Influencia, le 1er décembre.

La France, championne de l’Innovation ? Et bien oui, l’Hexagone occupe la première place du Technology Fast 500, un classement qui regroupe les entreprises les plus performantes à travers la zone Europe – Afrique – Moyen-Orient. Pour la 14ème année, le programme annuel Technology Fast 500 (voir l’infographie ci-dessous) de Deloitte classe les sociétés spécialisées dans les technologies, les médias, les télécommunications, les sciences de la vie et les technologies propres, publiques et privées, les plus performantes de 20 pays de la zone EMEA, sur la base de la progression de leur chiffre d’affaires en pourcentage, sur une période de cinq ans. D’autre part, pour la cinquième année consécutive, les sociétés françaises sont les plus représentées dans le palmarès européen avec 86 entreprises sélectionnées, loin devant le Royaume-Uni (67 sociétés) et la Suède (45 sociétés). Enthousiasmant. Car vu ce que les Français sont déjà capables de faire dans la situation actuelle, on peut facilement imaginer ce qu’ils pourraient faire avec de meilleures conditions fiscales et administratives … !

6227

Les autres chiffres ICI.

> Les résultats de la France au palmarès européen Deloitte Technology Fast 500 prouvent une fois de plus que la France est terre d’innovation et de croissance.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *