Revue de Presse #51

Quoi de neuf dans l’actu ?

Actu 1 > Spartoo va ouvrir sa première boutique physique, La Tribune.

PHOc7fcbb3a-cb2a-11e4-91ec-f5d5f38bd6e2-805x453

Le site internet grenoblois de vente de chaussures Spartoo (création en 2006), l’un des leaders de la vente de chaussures en ligne (130 millions d’euros de CA en 2014) s’embarque dans une nouvelle stratégie avec l’implantation de son premier magasin physique. La marque a, en effet, inauguré jeudi dernier sa première boutique « connectée » dans le centre ville de Grenoble : 85 m2 et 4 salariés. La marque s’inscrit désormais sans une tendance de « cross canal » poursuivie par les géants du e-commerce. L’objectif de Spartoo ? Offrir à la fois une vitrine pour la marque mais aussi un espace dédié à lever les barrières entre pure-player et boutique traditionnelle > « Aujourd’hui, il n’y a plus de frontière entre le commerce physique et le commerce en ligne » Boris Saragaglia, PDG de Spartoo.

La marque prend donc le contrepied de la tendance actuelle pour déployer une stratégie « cross canal » s’adaptant aux besoins de ses clients, puisque la démarche client n’est plus uniquement en ligne ou uniquement en boutique mais les deux à la fois. La concurrence sur le marché de la chaussure en ligne (800 millions d’euros de CA, estimations magazine Capital) étant rude, (avec Sarenza et Zalando) il était important pour Spartoo d’évoluer vers d’autres horizons. Pour convaincre les internautes d’acheter en ligne, quoi de mieux qu’un magasin vitrine connecté ? La marque utilise les nouvelles communication en mettant à disposition des écrans permettant aux clients de consulter les catalogues en ligne. D’autres valeurs ajoutées ? La possibilité des retours sans frais des achats effectués sur internet en boutique et, à moyen terme, un encaissement sur mobile. Des QR codes permettront de consulter les fiches techniques des produits et la vitrine du magasin sera en full digital pour le plus grand bonheur des passants qui espérons – le seront attirés et entreront en boutique.

Le mot de la fin du Directeur Commercial : « l’idée est de tester le concept et d’avoir une rentabilité dès la première année en vue de pouvoir ensuite déployer le concept dans d’autres villes« . L’objectif ? Parvenir à un maillage de 50 magasins à travers l’hexagone d’ici trois ans. Vivement celle de Lille 😉

> La mode semble être au « click and mortar » (des clics et du mortier, à l’inverse « bricks and clicks »). Avec la tendance des boutiques digitales, de plus en plus de sites en ligne, et uniquement en ligne, décident de développer le pendant physique et digitalisé de leur site internet (Amazon par exemple). Une expérience « cross canal » intéressante, qui doit malgré tout faire ses preuves … à surveiller 🙂

Articles complémentaires :

Les Technologies de pointe donnent du fil à retordre aux magasins physiques, JDN

Lover’s Day, une conférence dédiée aux concepts de magasins de demain, Fashionmag

Actu 2 > Anahi & Aurélie, l’Habibliothèque, Encore Magazine.

Capture d’écran 2015-03-30 à 13.50.13

L’Habibliothèque, c’est le pari de 3 soeurs lancé en Septembre 2014. Il s’agit d’un concept mode où l’on peut louer et ainsi tester des vêtements de jeunes créateurs grâce à un abonnement mensuel qui permet d’emprunter trois pièces différentes sur une dizaine de jours. Un concept inédit en France qui a pris place dans le Marais à Paris. Le concept est, selon elles, une réponse à un vrai besoin dans le secteur de la mode : avoir la possibilité de louer de jolies pièces « mode » à des prix attractifs alors qu’on ne pourrait pas forcément se les acheter dans la réalité. Un concept qui a quelques limites, notamment celles de la frustration ;). Les entrepreneuses ont notamment lancé une grande campagne sur la célèbre plateforme de financement participative : KissKissBankBank. La campagne a été un succès puisque 10 000 € ont été récoltés en seulement 2 mois. Grâce à plusieurs business angles et avec 200 000 €, le projet a pu se lancer, non seulement dans une boutique physique mais aussi sur le web : « En fait, on s’est rendu compte qu’une boutique limitait l’offre aux gens qui pouvaient se déplacer donc on est très vite parties sur un site internet marchand, avec la possibilité de commander à distance. »

On vous invite à lire l’interview très intéressante des fondatrices.

> Un projet différent et intéressant qui permet de démocratiser la mode « expensive » des créateurs de mode. On aime et on a très envie de tester 😉

Actu 3 > Votre smartphone : ce « shopping » assistant, Ad’s up.

Capture d’écran 2015-03-30 à 14.29.07

En matière de Web-to-store, certains clichés ont la vie dure : le réseau Search ne sert qu’aux sites e-commerce, les clients qui regardent leur smartphone en magasin n’achètent pas, les acheteurs ne se déplacent en boutique que pour une transaction ou un salon. L’article met en valeur 3 des nombreux clichés démontés par l’étude « Digital’s Impact on In-Store Shopping » menée par Ipsos MediaCT et Sterling Brands pour Google, basée sur le comportement d’achat de plus de 6 000 acheteurs via smartphones.

Les smartphones sont devenus de véritables assistants au shopping. Ils sont pratiques, réduisent les freins à l’achat et permettent aux consommateurs d’obtenir des infos précises et rapides sur les produits souhaités. Ils offrent, ainsi, de nouveaux défis aux retailers ambitieux.

Les observations en chiffres :

  • 68% des acheteurs interrogés ont déclaré être plus satisfaits de leurs achats en magasin après avoir effectué des recherches en ligne
  • 71% d’entre eux pensent que l’utilisation du smartphone doit aider le(la) vendeur(se) à les renseigner mieux et plus vite
  • 46% des visiteurs web présents en magasin consultent leur smartphone sur place

Une approche stratégique optimisée, géo-localisée et adaptée doit permettre aux smartphones de s’imposer comme de véritables « shopping assistants » : ils doivent non seulement satisfaire les acheteurs mais aussi les vendeurs. Il semblerait que cette pratique tende à renforcer l’image de la marque et la fidélité client.

Les 5 leviers proposés pour accroître les visites en magasin :

  1.  Utilisez Local Inventory Ads pour cibler des acheteurs intéressés situés à proximité des magasins et pour proposer des produits associés ou complémentaires. 
  2.  Assurez-vous de décliner toutes les infos pertinentes dans vos annonces AdWords : adresses, numéros de téléphone, horaires d’ouverture, etc.
  3.  Optimisez votre présence en ligne en pensant « visibilité mobile » et « achat mobile », afin d’engager le consommateur en magasin (ex : présentation d’un code remise).
  4.  Localisez et intégrez des offres personnalisées (+ recommandations de produits) aux acheteurs via smartphones qui mette en avant la proximité de la boutique.
  5. Adoptez une approche marketing multicanal en combinant vos efforts de vente en ligne et en boutique physique 

> Même si l’utilisation du smartphone en magasin donne l’occasion aux clients de trouver facilement moins cher ailleurs, les retailers se doivent aujourd’hui de considérer qu’un pourcentage de plus en plus important d’acheteurs se rend d’abord sur leur site web, au début du processus d’achat. Pour les propriétaires de boutiques physiques, il est désormais important d’intégrer l’affichage mobile comme priorité au coeur de leur stratégie multicanal.

Actu 4 > Lectra lance ses PLM de 4ème génération, Fashionmag.

9fe1

Le spécialiste français des équipements pour l’Industrie met sur orbite la 4ème génération de son offre de gestion du cycle de vie pour la mode : Lectra Fashion PLM (PLM : Product Lifecycle Management). Un nouvel outil innovant qui doit apporter aux entreprises de mode une attention particulière à la planification des collections et à la gestion des calendriers de production. Le mot de la société : « Grâce à la planification de collection avec Lectra Fashion PLM, les entreprises disposent désormais de la vision financière dynamique dont elles ont besoin pour gérer efficacement leur offre de produit ». Cet outil permet aux managers des marques de mode de gérer, de manière optimale, l’évolution des calendriers et des cycles de développement des collections.

Fort d’un chiffre d’affaires de 211 millions d’euros en 2014, Lectra compte à ce jour 23 000 clients dans plus d’une centaine de pays. Aujourd’hui composée de 1 500 employés, la société officie notamment pour de grands groupes de luxe comme Vuitton ou Hermès, ainsi que pour des spécialistes de la fast fashion comme H&M.

Plus d’info sur l’outil

> Un outil révolutionnaire et performant dans l’Industrie de la Mode. Ses solutions de conception, de gestion de collection et de production contribuent à l’excellence opérationnelle de ses clients et au maintien de leur avantage concurrentiel.

Rendez-vous la semaine prochaine, pour une nouvelle RDP !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *