Revue de Presse #38

Commençons la Revue de presse #38 d’aujourd’hui par une petite série d’infographies qui déchiffrent avec humour les différents réseaux sociaux.

Actu 1 > De Facebook à Snapchat, les applications déchiffrées en infographies amusantes, Konbini.com, le 15 décembre.

(source : Tumblr Pictever)

> Des constats plutôt vrais et réalistes non  ? On ne va pas se mentir … Qu’en pensez – vous ? 🙂

Actu 2 > Près de la moitié des Français pratique la consommation collaborative, Fashionmag.com, le 10 décembre.

clothing racks troc 2

C’est LA grande tendance de ces derniers mois ! La consommation collaborative est loin d’être un sujet de niche. Avec les problèmes liés à la crise, la mode est au troc, au partage et à l’échange. Une nouvelle manière de consommer qui semble satisfaire une grande majorité des Français. En effet, 48% d’entre eux disent avoir déjà pratiqué la consommation collaborative. Prêter, vendre, louer, échanger … sont autant de pratique expérimentées par les Français. Cette nouvelle façon d’envisager sa vie quotidienne semble concerner toutes les tranches de la population : 49% des jeunes la pratiquent plus d’une fois par mois, tout comme 39% des adultes aux revenus élevés ou même 46% des seniors aux revenus très faibles. De nombreux secteurs sont concernés par la consommation collaborative et certains même plus que d’autres : la mode, l’équipement de la maison (leboncoin.fr) mais aussi le transport (blablacar.fr). Particularité, 35% à 50% des personnes interrogées participent dans les deux sens à la consommation collaborative, et sont aussi bien utilisateurs qu’offreurs. Aussi, les consommateurs dépensent mensuellement presque autant que ce qu’ils gagnent par ce biais.

> Une vraie tendance de fond qui semble envahir de nombreux foyers français depuis le début des années 2000. Une tendance fortement liée à l’essor des échanges en ligne, des immenses places de marché publiques telles qu’ Ebay, Le bon coin ou encore Vestiaire Collective. Et cette pratique n’est visiblement pas prête de s’arrêter. Un point plutôt positif pour la planète si l’on réfléchit bien !

Actu 3 > Facebook, pas séduit par l’idée d’un bouton « j’aime pas », Fashionmag.com, 14 décembre.

Capture-decran-2014-10-22-a-12

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg admet que les utilisateurs du réseau social en ligne puissent exprimer rapidement leurs sentiments, mais l’idée d’un bouton « J’aime pas » ne l’emballe pas. L’une des caractéristiques de Facebook est la possibilité pour ses membres de montrer leur appréciation des contenus qui y sont publiés en cliquant sur un bouton « J’aime ». Mais certains réclament depuis longtemps un bouton exprimant le sentiment inverse, faisant valoir qu’il est délicat « d’aimer » une annonce de décès ou d’autres événements tristes dans la vie de ses amis. Cependant, Mark Zuckerberg pense que ce bouton « n’est pas bénéfique pour le monde ». Sa crainte ? que ces deux boutons se transforment en un mécanisme de vote pour juger les contenus publiés. Aucun changement ne semble être envisagé mais des solutions alternatives vont être trouvées.

> Encore une raison liée purement au business dans la mesure où la raison principale de ce refus serait le fait de ne pas se risquer d’irriter les annonceurs publicitaires en donnant à ses utilisateurs un moyen rapide de critiquer leurs messages. Il y a, effectivement, du pour et du contre dans cette volonté d’exprimer l’ensemble de ses sentiments. Dans un cercle personnel nous n’y voyons effectivement aucun inconvénient (ce bouton pourrait même être nécessaire, légitime au moins). Dans un cercle professionnel c’est beaucoup plus délicat de modérer les commentaires et interactions entre les internautes pour ne pas porter préjudice à telle marque ou à telle entité.

Actu 4 > Les Français accros à leurs applications, Influencia, le 9 décembre.

Capture d’écran 2014-12-15 à 17.03.16

 52 % de nos compatriotes auraient-ils un usage compulsif de leurs applications ? Une étude réalisée par Opinion Way pour Restlet, démontre un besoin quotidien et répété d’utilisation de leurs objets connectés… Combien de fois consultez-vous par jour vos applications préférées ? Et parfois est-ce bien nécessaire ? L’utilisation de ces petites fenêtres de services ou de contenus est en train d’envahir le quotidien des usagers. Bien ou mal, on ne peut pas encore se prononcer sur le sujet mais les faits sont là et les chiffres aussi. Selon l’étude, il semblerait que les Français ressentent le besoin de se connecter au web plusieurs fois par jour. Les chiffres sont assez surprenants, proche d’un phénomène d’addiction : 52% des personnes interrogées ressentent ce besoin au bout de seulement quelques heures et 25% des moins de 35 ans ne tiennent pas plus d’une heure sans se connecter. Pire encore, 15% des moins de 25 ans en éprouvent le besoin au moins une fois toutes les 15 minutes. Devenus multi – écrans, les Français utilisent en moyenne 2,4 appareils pour se connecter à Internet. Le moyen de prédilection est l’ordinateur portable (63%), l’ordinateur de bureau (52%), le smartphone (46%) et la tablette (33%). Les montres connectés ou systèmes intégrés au sein des voitures ne sont encore que très peu utilisés, avec 1% chacun. Les moins de 35 ans préfèrent, sans surprise, le smartphone, alors que les 65 ans et plus privilégient la tablette ou la box ADSL. Si les Français ressentent le besoin de se connecter aussi souvent, c’est avant tout pour accéder à leurs mails personnels, pour se tenir au courant des dernières actualités, valider la météo ou ses informations bancaires. En plus d’être multi-écrans, les Français sont donc également multi-applications et services. Les Français sont également très positifs à l’égard des objets connectés à Internet. 76% d’entre eux estiment qu’ils améliorent leur qualité de vie. Néanmoins, la confidentialité et la sécurité des données personnelles reste une préoccupation pour 76% des Français.

> Le constat est sans appel : les Français sont devenus de véritables accros aux nouvelles technologies, toutes générations confondues. Nos pratiques et habitudes de vie se digitalisent tellement que l’accès au web devient indispensable partout, tout le temps. Car comme le dit si bien la marque à la pomme croquée, maintenant, il y a des applications pour tout ! Véritablement tout !

À la semaine prochaine !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *